Japon: les chats errants suspectés de pouvoir transmettre à l'homme un virus mortel et incurable

Japon: les chats errants suspectés de pouvoir transmettre à l'homme un virus mortel et incurable

Publié le :

Mercredi 26 Juillet 2017 - 07:56

Mise à jour :

Mercredi 26 Juillet 2017 - 07:59
©Thomas Peter/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les autorités sanitaires japonaises ont confirmé cette semaine qu'une femme morte en 2016 du virus "SFTS" avait sans doute été contaminée par un chat errant dont elle avait pris soin. L'inquiétude commence à naître dans un pays où les félins des rues sont nombreux et souvent soignés par les riverains, d'autant qu'il n'existe aucun traitement possible de la maladie.

La maladie provoquée par le virus mortel a un nom: le syndrome de fièvre sévère avec thrombocytopénie (SFTS). Et l'un de ses vecteurs pourrait être les chats. Les autorités sanitaires du Japon ont confirmé cette semaine en effet qu'une femme morte du virus en 2016 aurait probablement été contaminée en prenant soin d'un chat errant. Ce qui serait une première et fait craindre le pire pour l'expansion de la maladie pour laquelle il n'existe ni traitement, ni vaccin, et qui provoque la mort dans 20% des cas.

En 2016, cette quinquagénaire recueillant un chat errant lui a prodigué des soins et l'a même emmené chez le vétérinaire. Dix jours après ce geste charitable elle a développé les symptômes de la maladie: une forte fièvre, des vomissements et des défaillances de ses différents organes. Le virus peut parfois provoquer des troubles comportementaux.

Or, les médecins étaient perplexes. Cette maladie qui ne touche pour l'instant que l'Asie de l'Est –le Japon, la Corée du Sud et la Chine– est transmise habituellement par des tiques. Or, la victime ne portait pas de traces de morsures de l'insecte nuisible. La piste du chat a donc été privilégiée, d'autant que l'animal en question est lui aussi mort.

C'est finalement la piste du félin qui est suspectée. Le ministère de la Santé du Japon a tenu à préciser que la certitude du lien entre le félin et le virus n'est pas totalement avérée, mais que la probabilité était suffisamment forte pour lancer un message d'alerte. "Il n'est pas encore confirmé que le virus vienne du chat, mais il est possible que ce soit le premier cas mondial" confirme le ministère indiquant qu'il ne faut pas caresser les chats errants, très nombreux en ville dans le pays, du fait d'une bienveillance relative des habitants pour l'animal, qui laissent souvent de la nourriture à disposition pour les félins.

Les chats errants sont nombreux au Japon, et souvent signés par les riverains.

Commentaires

-