La carence en vitamine D, un facteur déterminant dans la sévérité de la Covid

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 30 novembre 2020 - 18:29
Mis à jour le 01 décembre 2020 - 09:44
Image
Vitamine D
Crédits
unsplash
La carence en vitamine D, un facteur déterminant.
unsplash

Dans une communication récente, le docteur Jean-Michel Wendling revient sur l’impact de la carence en vitamine D sur les données collectées dans le tableau clinique des patients inclus dans les études. 

Il s’interroge sur les biais des études :

« Toutes les études en double aveugle pourraient être théoriquement biaisées si le facteur sérique vitamine D n a pas été pris en compte pour comparer les groupes molécule vs placebo. »

Pour lui, cette information est critique et si elle n’a pas été prise en compte, cela revient à comparer une série de jeunes patients et des patients plus âgés sans connaitre l’âge du patient :

« une étude randomisée nécessite de comparer deux groupes identiques en risque, donc l’absence du dosage en vitamine D à la phase initiale entraine que l’étude est critiquable. »

Le Dr Wendling va plus loin et indique que 

« le professeur Didier Raoult a sans doute raison de dire que lors d’une épidémie de nature inconnue avec des facteurs confondants inconnus, la méthode de l'essai randomisé n'est pas forcément adaptée et que cette dernière est plus pertinente sur des maladies avec lesquelles on a plus de recul. »

Une série d’études présentées sur le site GrassrootsHealth.net parlent des liens existant entre la carence en vitamines D et les formes sévères de Covid.  Dans l’étude illustrée ci-dessous, (avril 2020), on peut voir que les patients ayant des carences en vitamines D ont plus de formes ordinaires à sévères de la Covid. 96% des patients ayant une forme légère de Covid n’ont pas de carence en vitamines D (>30ng/ml) versus entre 4 et 7% pour les formes ordinaires à sévères.  Plus la carence est marquée (<20ng/ml) plus la forme de Covid est critique.

Le Dr Jean-Michel Wendling conclut

Une seconde étude Ye et al a confirmé ce même effet sur un échantillon plus petit.

Réduction de la gravité des décès et de la maladie grâce à une supplémentation en vitamine D avant le diagnostic du COVID-19 : 4,5 fois plus de risque de décès par COVID-19 chez les personnes sans vitamine D par rapport à celles recevant une supplémentation régulière avant le diagnostic

Avec la Covid-19, plusieurs facteurs de risques comme l’âge et un faible niveau en vitamine D expliquent en partie la gravité de la maladie et ses conséquences/ Une étude récemment publiée s'est concentrée sur des patients âgés fragiles hospitalisés pour COVID-19 pour voir quel effet, le cas échéant, la supplémentation en vitamine D précédente au cours de l'année écoulée et la supplémentation après le diagnostic avaient sur la survie et la gravité de la maladie.

Cette étude, par Annweiler et al., comprenait des données de 77 patients, âgés de 78 à 100 ans, hospitalisés consécutivement dans une unité gériatrique pour COVID-19. Les patients ont été affectés à l'un des trois groupes; Le groupe 1 avait régulièrement pris des doses de bolus de vitamine D au cours de l'année écoulée (soit 50000 UI par mois, soit 80000 ou 100000 UI tous les 2-3 mois) et n'a pas reçu de vitamine D supplémentaire après avoir reçu un diagnostic de COVID-19, le groupe 2 était ayant reçu 80 000 UI de vitamine D dans les quelques heures suivant le diagnostic de COVID-19, et le groupe 3 n'a reçu aucune supplémentation en vitamine D avant ou après le diagnostic. Il n'y avait pas de différence significative entre les groupes au départ, sauf pour le sexe, et tous les patients ont reçu des traitements standard similaires pour COVID-19. Le taux de survie après 14 jours a été mesuré, de même que la gravité des symptômes de la maladie à son pire,

Ceux qui prenaient régulièrement de la vitamine D avant le diagnostic ont obtenu les meilleurs résultats. Au total, au jour 14, 17 patients avaient présenté un COVID-19 sévère et 15 patients sont décédés.

Les niveaux de vitamine D chez les enfants affectent-ils leurs chances de contracter le COVID-19 et sa gravité?

Bien que les enfants n'aient pas tendance à être aussi gravement touchés par le virus SRAS-CoV-2 et les effets du COVID-19 qui en résultent, ils ne sont certainement pas à l'abri et on craint que les enfants porteurs du virus mais asymptomatiques soient un contribuant à sa propagation.

Les enfants ne sont pas non plus "immunisés'' contre une carence en vitamine D - en fait, un article précédent partageait des données de l'ensemble de données américain NHANES montrant que les niveaux de vitamine D diminuent avec l'âge , avec une multiplication par 4 de la proportion d'enfants de moins de 20 ng / ml (50 nmol / L) de 0 à 4 ans jusqu'à 13 à 17 ans.

Comment les niveaux de vitamine D chez les enfants peuvent-ils affecter leur statut COVID-19 ?

Pour répondre à cette question, Kamil Yilmaz et Velat Sen ont mené une étude dans laquelle ils ont recruté 85 enfants âgés de 1 mois à 18 ans, dont 40 avaient reçu un diagnostic de COVID-19 et étaient hospitalisés, et 45 qui étaient des témoins sains. Les enfants atteints de maladies chroniques et d'autres comorbidités ont été exclus de l'étude.

Les enfants diagnostiqués avec la COVID-19 ont été divisés en deux groupes pour l'analyse - le groupe 1 comprenait les enfants qui avaient un taux de vitamine D inférieur à 20 ng / ml et le groupe 2 comprenait ceux dont les taux étaient égaux ou supérieurs à 20 ng / ml.

Qu'a trouvé l'étude?

L'étude a révélé une différence significative dans les taux de vitamine D entre les enfants atteints de COVID-19, qui avaient un niveau médian de 13 ng / ml (32 nmol / L), et le groupe témoin, avec un niveau médian de 35 ng / ml ( 87 nmol / L).

Lorsque la gravité de la maladie chez les enfants diagnostiqués avec le COVID-19 a été analysée en fonction du niveau de vitamine D, une tendance a été trouvée montrant une gravité accrue de la maladie pour ceux dont les taux de vitamine D. En fait, parmi ceux dont le taux de vitamine D est inférieur à 20 ng / ml (50 nmol / L), 31% des enfants présentaient des symptômes modérés à sévères du COVID-19, contre seulement 18% avec des symptômes modérés (aucun n'a été classé comme sévère) pour les enfants avec des niveaux de vitamine D de 20 ng / ml ou plus. De plus, 46% des enfants avec des niveaux de vitamine D plus élevés étaient asymptomatiques, comparativement à 10% de ceux avec des niveaux de vitamine D plus faibles.

L'étude a également révélé une corrélation négative significative entre le niveau de vitamine D et le risque d'avoir de la fièvre (défini comme une température supérieure à 100,4 F ou 38 C, p = 0,023), ce qui signifie que lorsque les niveaux de vitamine D augmentaient, le risque de fièvre diminuait. Dans l'ensemble, aucun des enfants ayant un taux de vitamine D d'au moins 20 ng / ml n'avait de fièvre, tandis que 34,5% de ceux dont le taux était inférieur à 20 ng / ml en avaient.

Il est donc important de garantir des niveaux de vitamine D de 40 à 60 ng / ml (100 à 150 nmol / L) pour vous, vos enfants et vos proches.

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Vitamine D
Covid-19 : pourquoi la vitamine D est gratuite pour les personnes à risques au Royaume-Uni ?
La vitamine D protège-t-elle contre le Covid-19 ? C’est en tout cas ce que semble démontrer une étude récemment publiée en Grande-Bretagne. Mais s'il faut veiller à no...
13 novembre 2020 - 16:39
Société
Image
La canicule.
Coronavirus : La vitamine D protectrice contre les formes graves de Covid-19 ?
La vitamine D peut-elle nous protéger des formes graves de Covid-19 ? Selon une étude américaine en tout cas, les personnes carencées ont deux fois plus de chances que...
26 mai 2020 - 12:53
Société
Image
Julien Aubert, photo du 26 septembre 2017
Pour le député Julien Aubert (LR), le voile provoque une carence en vitamine D
Julien Aubert, député LR, a publié un livret de 18 propositions sur l'islam. Il estime notamment qu'adopter un prénom français en cas de naturalisation est "plus adapt...
16 novembre 2018 - 15:48
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.