La cirrhose provoquée par l'abus de sucre et de graisse alarme les médecins

Evolution des mentalités nécessaire

La cirrhose provoquée par l'abus de sucre et de graisse alarme les médecins

Publié le :

Vendredi 26 Juin 2015 - 10:38

Mise à jour :

Vendredi 26 Juin 2015 - 10:48
L'alcool n'a pas le monopole de la cirrhose. Une alimentation trop grasse et trop sucrée peut engendrer une maladie, la stéatohépatite, qui sur le long terme évolue en cirrhose ou cancer du foie.
©Jeff Blackler/Rex/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Les spécialistes de la santé publique s'alarment de la progression importante d’une nouvelle maladie touchant surtout les personnes obèses ou en surpoids. C’est une cirrhose ou un cancer du foie dûs à l’alimentation et notamment aux boissons sucrées que l'on connaît sous le nom de NASH (pour Non alcoholic steato hepatitis), ou stéatohépatite c'est-à-dire une maladie du foie qui n'est pas dû à l'excès d'alcool mais à celui de sucre ou de la graisse.

Un premier colloque franco-américain qui regroupe 250 spécialistes du foie lui est d'ailleurs consacré, depuis jeudi et jusqu'à ce samedi 27 juin, à l'Institut Pasteur de Paris. Concrètement, la stéathépatite, c’est un foie trop gras. La graisse qui s'accumule dans l'organe provoque des lésions et des inflammations, comme le ferait l'alcool.

Ce qui inquiète particulièrement les médecins c'est que cette maladie est très difficile à repérer, elle ne développe aucun symptôme, et que ses conséquences peuvent être dramatiques puisque 10 % des personnes qui en sont atteintes peuvent développer une cirrhose ou un cancer du foie. Entre 10 et 15 millions de Français pourraient être concernés.

Les causes de la maladie sont connues: une alimentation top riche en graisses saturées et/ou consommation exagérée de boissons sucrées. "On a eu des exemples de patients qui ne buvaient pas une goutte d’alcool qui se sont retrouvés avec une cirrhose et un cancer du foie", assure Lawrence Serfaty, hépatologue à l'hôpital Saint-Antoine à Paris. Et d'ajouter: "il y a de fortes raisons de penser que la consommation excessive de sodas peut conduire à une maladie hépatique".

Pour le moment, la maladie ne dispose pas de traitement spécifique. L'arme principale reste la prévention, en mangeant plus sainement. Les spécialistes espèrent disposer de nouveaux moyens pour la combattre d'ici deux à trois ans. "Il faut éduquer nos enfants", a expliqué le professeur Serfaty sur France Info et notamment sur "la consommation de boissons sucrées, de sodas".

 

 

Le sucre est également un facteur de développement d'une cirrhose.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-