La graisse abdominale plus dangereuse pour le cœur que celle du bas du corps

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

La graisse abdominale plus dangereuse pour le cœur que celle du bas du corps

Publié le 06/08/2017 à 16:02 - Mise à jour à 16:04
©JS Evrard/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une équipe de chercheurs allemands a étudié l'impact sur le cœur de la répartition des graisses dans le corps humain. Les résultats ont été publiés début août. Selon eux, les personnes qui ont de la graisse au niveau de l'abdomen ont plus de risques de mortalité précoce d'origine cardiovasculaire.

Mieux vaut faire la guerre à ses poignées d'amour qu'à sa culotte de cheval. C'est en tout cas ce qu'indiquent les résultats d'une étude menée par des chercheurs de l’université de Tübingen en Allemagne. Début août, dans la revue scientifique Cell Metabolism, ils ont publié les résultats de leurs recherches qui concernaient l'impact de la répartition des graisses présentes dans le corps humain sur le système cardiovasculaire.

La graisse stockée dans la partie inférieure du corps, au niveau des cuisses, des fesses et des hanches, aurait un "rôle d'éponge" selon ces scientifiques, qui assurent que cela permettrait de protéger les viscères et ainsi de diminuer le risque de mortalité d'origine vasculaire, mais aussi la possibilité de développer une maladie touchant le système cardiovasculaire (comme la stéato-hépatite non-alcoolique, l'hypercholestérolémie ou la résistance à l'insuline).

Les chercheurs ont analysé le métabolisme de 981 personnes présentant des profils différents pour mener à bien cette étude. Celles dont les graisses se logeaient dans le bas du corps ont une morphologie dite gynoïde.

A l'inverse, les sujets dits androïdes, qui stockaient donc les graisses au niveau de la barrière abdominale, présentaient une moins bonne santé sur le plan cardiovasculaire.

A noter cependant que les scientifiques ont nuancé leurs résultats en expliquant que cette étude n'était valable que pour les personnes dont l'IMC (indice de masse corporelle) était compris entre 20 et 25. Puisqu'au-delà, il ne s'agit plus de quelques kilos mais de surpoids ou d'obésité, très mauvais pour le cœur. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les sujets qui stockent les graisses dans l'abdomen sont plus enclins à développer des problèmes cardiovasculaires selon cette étude. (Illustration)

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-