Épidémie de grippe: l'OMS alerte sur la hausse du nombre de morts

Épidémie de grippe: l'OMS alerte sur la hausse du nombre de morts

Publié le :

Lundi 18 Décembre 2017 - 15:11

Mise à jour :

Lundi 18 Décembre 2017 - 15:18
©Esparta Palma/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une étude révélée jeudi par l'Organisation mondiale de la santé a revu à la hausse le nombre annuel de morts liés à la grippe. Le virus serait impliqué à da,s le décès de 290.000 à 650.000 personnes par an dans le monde. Un chiffre qui pourrait augmenter dans les années à venir en tenant compte d'autres pathologies liées à la grippe.

Jusqu'à 650.000 décès par an dans le monde. La grippe saisonnière causerait bien plus de décès que ce que les précédentes estimations suggéraient, selon un rapport  de l'Organisation mondiale de la Santé et du Centre américain de contrôle des maladies dévoilé jeudi 14 (source OMS).

Les dernières études sur la question, remontant à une dizaine d'années, évaluaient en effet la charge de morbidité mondiale due à la grippe à entre 250.000 et 500.000 décès par an. Estimation qui est donc passée à un chiffre compris entre 290.000 et 650.000 morts.

Lire aussi: Grippe - alerte "épidémie" en Ile-de-France, la vaccination sera-t-elle efficace?

Car si la majeur partie des personnes infectées par la grippe saisonnière se remettent en environ une semaine, sans nécessité d'une prise en charge particulière, le virus peut s'avérer mortel chez les personnes les plus fragiles, notamment les séniors. En France, on estime à 14.400 le nombre de décès liés à la grippe lors de l'hiver 2016-2017, dont 91% étient âgés de plus de 75 ans (source InVS).

Ce n'est pas nécessairement la grippe elle-même qui tue ces centaines de milliers de personnes chaque année. Mais elle provoque des affections respiratoires plus graves telles les bronchites et les pneumonies.

Une partie de cette augmentation peut s'expliquer par le fait que ces dernières études ont inclus "un groupe de pays plus large et plus divers, incluant des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure". Dans ces zones défavorisées, le nombre de personnes fragiles peut être plus important.

Lire aussi: Une mutation a réduit l'efficacité du vaccin contre la grippe en 2016

Ce qui ne signifie pas pour autant que les pays "riches" doivent baisser la garde. "L’OMS encourage les pays à considérer comme prioritaire la prévention de la grippe et à produire des estimations nationales qui seront utiles pour définir les politiques de prévention. La vaccination antigrippale annuelle est recommandée pour prévenir la maladie et les complications dues à l’infection grippale", précise le rapport.

Par ailleurs, les nouveaux chiffres ne tenaient plus compte d'autres pathologies pouvant être liées à la grippe comme les maladies cardiovasculaire ou le diabète. De prochaines études les incluant à nouveau " devraient, au cours des prochaines années, permettre de réviser de nouveau à la hausse ces estimations" selon l'OMS.

La grippe ferait davantage de morts dans le monde que les précédentes études ne le suggéraient.


Commentaires

-