La première "salle de shoot" parisienne sera attenante à l'hôpital Lariboisière

La première "salle de shoot" parisienne sera attenante à l'hôpital Lariboisière

Publié le :

Lundi 25 Mai 2015 - 10:41

Mise à jour :

Lundi 25 Mai 2015 - 11:03
©Wikimedia Commons
PARTAGER :
-A +A

La première salle de consommation à moindre risque (SCMR) parisienne, plus familièrement appelée "salle de shoot", ouvrira ses portes sur le terrain de l’hôpital Lariboisière, a annoncé ce lundi le maire du 10e arrondissement.

Les associations de riverains du boulevard de la Chapelle (10e arrondissement parisien) ont finalement eu gain de cause. La première salle de consommation à moindre risque (SCMR) parisienne, ou "salle de shoot", n’ouvrira finalement pas ses portes au 39 boulevard de la Chapelle, sur un terrain SNCF à proximité de la gare du Nord, comme c'était initalement prévu, mais sur le terrain de l’hôpital Lariboisière, a annoncé Rémi Féraud, le maire du 10e arrondissement au Monde ce lundi.

Deux lieux sont encore envisagés pour accueillir les 200m2 de la salle. "C’est un dispositif santé, on l’adosse à l’hôpital", a expliqué de son côté Bernard Jomier, l'adjoint au maire de Paris chargé de la Santé au Monde, ajoutant: "on ne fera pas entrer les usagers par la grande porte de l'hôpital, ce sera un accès plus discret".

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), a également assuré au Monde "travailler avec la ville pour pouvoir accueillir ce centre". Ce choix de proximité de la salle de shoot avec un hôpital rejoint celui de Bordeaux et Strasbourg, les deux autres villes pressenties pour expérimenter ces structures destinées à réduire les risques d’infection, de contamination (VIH, hépatite C) et d’overdose liés à la prise de drogue.

Selon la définition du projet de loi Santé qui autorise leur expérimentation pendant six ans, les salles de shoot doivent permettre d’accueillir "des usagers de stupéfiants et d'autres substances psychoactives, majeurs, qui apportent et consomment sur place ces produits, sous la supervision de professionnels de santé et du secteur médico-social".

Voté à l’Assemblée nationale en avril, le texte ne sera cependant débattu au Sénat qu’en septembre et octobre. Ainsi, il est peu probable que les salles ouvrent avant début 2016. 

 

Le terrain de l'hôpital Lariboisière accueillera la première "salle de shoot" parisienne.


Commentaires

-