Le baclofène: peut-être un remède contre l'alcoolisme

Le baclofène: peut-être un remède contre l'alcoolisme

Publié le :

Vendredi 17 Mars 2017 - 13:06

Mise à jour :

Vendredi 17 Mars 2017 - 13:34
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

D'après les résultats de deux études publiées ce vendredi, le baclofène permettrait de réduire la consommation d'alcool chez les gros buveurs. Il serait en effet efficace dans un cas sur deux.

C'est une très bonne nouvelle pour les gros consommateurs d'alcool. Les résultats des études Alpadir et Bacloville ont dévoilé que le baclofène permettrait de réduire la consommation d'alcool chez ces derniers. Ces deux études ont été publiées ce vendredi 17 et promues par l'Assistance Publique des hôpitaux de Paris, à l'occasion des journées annuelles de la Société française d'alcoologie organisées dans la capitale. Prescrit à forte dose, le médicament aurait des "effets positifs" sur la réduction de la consommation d'alcool au bout d'un an.

L'étude Bacloville a été menée entre mai 2012 et juin 2013 sur 320 patients âgés de 18 et 65 ans. Ces derniers vivaient en ville, n'étaient pas hospitalisés et ne prenaient pas d'autre traitement. Les tests consistaient à comparer l'efficacité et la sureté du baclofène à fortes doses à celle d'un placebo chez des personnes alcoolo-dépendantes. Il ne leur a pas été demandé d'arrêter de boire. Les résultats ont montré une réduction jusqu'à un niveau médicalement correct voire une abstinence de la consommation d'alcool chez 56,8% des patients traités avec le baclofène. Pour 36,5% chez les patients traité au placebo. Cela correspond à une réduction de la consommation "chez plus d'un malade sur deux", a précisé le professeur Philippe Jaury, coordinateur de cet essai.

L'étude Alpadir s'est principalement intéressée à l'abstinence et ses résultats ont montré que le baclofène et le placebo sont aussi efficaces dans ce domaine. "Ce médicament apporte un plus dans l'arsenal thérapeutique" contre l'alcoolo-dépendance a indiqué le Pr Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions et responsable de l'étude Alpadir.

Toutefois, le médicament n'est pour le moment prescrit qu'en "autorisation temporaire " mais n'est pas autorisé à la commercialisation pour cet usage.

 

Les tests consistaient à comparer l'efficacité et la sureté du baclofène à fortes doses à celle d'un placebo chez des personnes alcoolo-dépendantes.


Commentaires

-