Le sperme des Occidentaux mauvais en quantité et en qualité

Une chute dramatique

Le sperme des Occidentaux mauvais en quantité et en qualité

Publié le :

Mercredi 26 Juillet 2017 - 17:53

Mise à jour :

Mercredi 26 Juillet 2017 - 18:04
Selon une étude publiée en mars dernier dans la revue "Human Reproduction Update", le sperme des Occidentaux ne cesse de se détériorer. Un phénomène plus qu'inquiétant qui pourrait être lié aux perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques considérées comme nocives pour la santé.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le sperme des Occidentaux ne cesse de se détériorer. Ainsi, à en croire une étude publiée au printemps dans la revue Human Reproduction Update, le nombre de spermatozoïdes aurait chuté de près de 60% en quarante ans, une triste réalité qui inquiète chaque jour un peu plus les scientifiques. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont analysé près de 190 travaux menés entre 1973 et 2011, lesquels portaient sur près de 50.000 hommes à travers le monde, originaires d'Europe, d'Amérique du Nord, de Nouvelle-Zélande et d'Australie.

Et les résultats ont parlé d'eux-mêmes: la concentration en spermatozoïdes du sperme a baissé de 52,4% entre 1973 et 2011 chez les hommes occidentaux tandis que la quantité totale de sperme a chuté de 59,3%. Un phénomène plus qu'inquiétant qui pourrait être lié aux perturbateurs endocriniens, des substances chimiques considérées comme nocives pour la santé. Pour rappel, ces dernières perturbent le système hormonal et peuvent provoquer maladies et anomalies.

D'après les spécialistes, les produits utilisés dans les plastiques et les cosmétiques pourraient également être responsables de ce déclin de la fertilité, tout comme l'obésité, la sédentarité, le stress et le tabagisme. Ainsi, face à ce constat, les chercheurs appellent la population à prendre les choses en main et à changer ses habitudes.  

"Si nous ne changeons pas notre façon de vivre et notre rapport à l’environnement et aux produits chimiques auxquels on s’expose, je suis très inquiet pour l’avenir. Cela pourrait conduire à l’extinction de l’espèce humaine", a expliqué à la BBC le docteur en épidémiologie Hagai Levine qui a dirigé cette étude.

Les scientifiques craignent "l'extinction de l'espèce humaine".

Commentaires

-