Le vaccin Méningitec ne présenterait pas de risque pour l'enfant

Le vaccin Méningitec ne présenterait pas de risque pour l'enfant

Publié le :

Mercredi 20 Juillet 2016 - 09:49

Mise à jour :

Mercredi 20 Juillet 2016 - 10:08
©Fred Tanneau/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le vaccin contre la méningite a provoqué deux ans de polémique. Les effets secondaires indésirables qui avaient été constatés chez les enfants ne sont plus à craindre dorénavant, selon l'Agence nationale de sécurité du médicament.

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a tranché. Après deux ans de polémique, le vaccin contre la méningite ne comporterait aucun danger pour les enfants ou les adultes. Lors d'analyses approfondies, des traces métalliques ont été trouvées dans le vaccin permettant d'immuniser les nourrissons, les enfants et les adolescents contre la méningite-C mais à des quantités extrêmement basses et respectant les normes européennes. 
 
C'est en septembre 2014 que les lots de vaccin Méningitec, commercialisés par le laboratoire CSP (Centre Spécialité Pharmaceutique) avaient été retirés de la vente. Dans certains médicaments, des particules métalliques avaient été trouvées au niveau du piston de la seringue: plomb, aluminium, étai, argent, silicium… Ce défaut de fabrication a provoqué chez les enfants s'étant faitvacciner des douleurs abdominales, des éruptions cutanées, des troubles digestifs et des poussées de fièvre. 
 
Quelques mois plus tard, une trentaine de familles dont les enfants avaient été vaccinés par les lots incriminés avaient alors porté plainte contre le laboratoire, car certains lots de vaccins étaient encore disponibles chez des pédiatres ou pharmaciens. 
 
L'ANSM a donc réuni un groupe d'experts toxicologues dans le cadre d'un Comité scientifique spécialisé temporaire afin d'analyser les données disponibles sur le vaccin. Ils ont analysé des seringues Méningitec provenant de trois lots différents ainsi que, à titre comparatif, cinq autres vaccins. Les experts ont conclu "qu'il était peu probable que les particules identifiées dans le bouchon et la seringue engendrent une toxicité aigue générale chez les personnes vaccinées et que seule une réaction locale pourrait être envisagée (rougeurs ou gonflement au site d'injection)".
 
Les scientifiques ont estimé que les traces minimes de métaux retrouvés sont le résultat de la réalité environnementale et ne doivent pas être considérés comme un réel risque sanitaire.
 
Une trentaine de familles avaient porté plainte en septembre 2014 car les lots défectueux du vaccin étaient encore en vente.

Commentaires

-