Les oméga-3 préviendraient la schizophrénie

Du poisson pour le cerveau

Les oméga-3 préviendraient la schizophrénie

Publié le :

Mercredi 12 Août 2015 - 12:37

Mise à jour :

Mercredi 12 Août 2015 - 12:49
La solution au développement de la schizophrénie pourrait résider dans les oméga-3, selon une étude menée par des chercheurs australiens et autrichiens. Ces acides gras naturellement présents dans certains aliments permettraient de prévenir ce trouble psychiatrique chez les personnes à risque.
©Allan Ajifo/Flickr
PARTAGER :

Victor Lefebvre

-A +A

Manger du saumon et des sardines pour éviter de devenir schizophrène. Une solution toute simple que préconise une équipe de chercheurs australiens et autrichiens à l'issue de leur étude, publiée ce mardi 11 dans la revue Natures Communications.

En effet, selon cette expérience, les oméga-3 permettraient de prévenir chez les personnes à risque l'apparition de ce trouble mental. Ces acides gras essentiels, nécessaires à notre santé mais que le corps ne produit pas, sont particulièrement présents dans les poissons gras (saumon, sardines, maquereaux, harengs…), mais aussi dans les noix, le soja ou encore l'avocat.

La schizophrénie, souvent qualifiée à tord de "dédoublement de la personnalité", se manifeste en général à l'adolescence. Ses symptômes sont très variables et peuvent aller du déficit cognitif aux hallucinations en passant par le sentiment de persécution et le retrait social. En l'état actuel des connaissances, les médecins considèrent qu'elle est en partie causée par des facteurs environnementaux (problèmes durant la grossesse, consommation de cannabis, vie en milieu urbain…) mais des facteurs génétiques entrent aussi en compte. Certaine personnes sont donc dès la naissance plus disposées à en souffrir.

C'est sur un échantillon de 81 de ces personnes que l'étude a porté. Durant sept ans, 41 patients ont reçu régulièrement des oméga-3 via des compléments alimentaires, les 40 autres un placebo. Les résultats sont assez équivoques. Seuls 10% des jeunes gens traités ont développé une schizophrénie durant cette période, contre 40% pour les patients sous placebo.

Un traitement simple et non-agressif qui, selon l'équipe scientifique, offre "un espoir qu'il y ait une alternative aux traitements psychopharmacologiques chez les jeunes risquant de développer cette psychose".

Toutefois, il reste du chemin à parcourir. Les chercheurs eux-mêmes concèdent que leur échantillon de patients était restreint et que des études à plus grande échelle devront être menées afin de valider cette théorie. Il leur reste également à découvrir par quel mécanisme les oméga-3 influeraient sur le développement des psychoses.

Les oméga-3 sont nécessaires au développement du cerveau et à la bonne santé cardio-vasculaire. Certains leur prêtent même des qualités pour lutter contre la dépression et même certains cancers. Si ces pistes restent à confirmer, il est avéré que notre alimentation ne permet pas de satisfaire aux besoins de nos corps en la matière. Un régime "méditerranéen" (maquereaux, sardines et huile d'olive) peut permettre de pallier ce manque. On en trouve également dans le commerce sous forme de compléments alimentaires.

 

Les oméga-3, réputés pour leurs nombreux bienfaits, permettraient même de lutter contre la schizophrénie.

Commentaires

-