Des porcs génétiquement modifiés bientôt donneurs d'organes?

Des porcs génétiquement modifiés bientôt donneurs d'organes?

Publié le :

Vendredi 11 Août 2017 - 12:56

Mise à jour :

Vendredi 11 Août 2017 - 13:11
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une équipe scientifique, dirigée par deux généticiens de l'université d'Harvard (Etats-Unis), a réussi à modifier génétiquement des porcelets pour que leurs organes soient adaptés à des transplantations sur l'homme. Une avancée qui pourrait permettre de mettre fin à la pénurie de donneurs d'organes.

Déjà utilisés pour des greffes de valves cardiaques ou de pancréas, les porcs pourront peut-être prochainement donner bien plus. En effet, cela fait des années que des scientifiques se penchent sur la question du don d'organes, notamment en raison de leur similitude génétique avec l'homme. Seulement voilà: comme le rappelle le Huffington Post, les cochons "disposent dans leur génome"  de plusieurs virus qui pourraient "être dangereux" pour les humains.

Conscients de cette donnée, les chercheurs sont donc parvenus à la contourner en modifiant génétiquement des porcelets pour que leurs organes soient adaptés à des transplantations sur l'homme. Et ils ont réussi leur pari à en croire un article publié jeudi 10 dans la revue américaine Science.

Pour y parvenir, une équipe scientifique internationale, dirigée par deux généticiens de l'université d'Harvard (George Church et Luhan Yang), a retiré les gènes responsables de ces virus avant de développer les embryons. Et les chercheurs y sont parvenus: après opération, les 37 porcelets utilisés comme cobayes avaient des organes potentiellement viables pour une xénotransplantation (une transplantation d'un animal à un humain).

Toutefois, plusieurs doutes planent sur cette modification génétique, notamment en raison des risques encourus par les humains. Par conséquent, les chercheurs vont analyser le développement de ces cochons, une évolution qui permettra de mieux comprendre l'impact de ces modifications sur le long terme et de vérifier si des effets indésirables apparaissent au bout de quelques années.

En 2016, en France, 5.891 greffes ont été effectuées dont 477 cœurs, 371 de poumons, 1.322 de foie, 3.615 de reins. En cinq ans, le nombre de greffes d’organes a augmenté de 17 %. Malgré tout: plus de 22.600 patients restaient en attente d’un organe en 2016.

les cochons ont des similitudes génétiques avec l'homme.


Commentaires

-