Manger sans gluten lorsqu'on n'est pas intolérant n'est pas forcément bon pour la santé

Manger sans gluten lorsqu'on n'est pas intolérant n'est pas forcément bon pour la santé

Publié le :

Jeudi 04 Mai 2017 - 13:00

Mise à jour :

Jeudi 04 Mai 2017 - 13:08
Des scientifiques ont publié mardi les résultats de leurs recherches qui indiquent qu'en réalité manger sans gluten sans présenter d'intolérance peut avoir des incidences sur la santé. Cela bannit les céréales complètes, qui ont certains avantages.
©John Macdougall / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Voilà une étude qui devrait casser un peu une idée reçue très actuelle. La mode alimentaire est en effet au sans gluten ces dernières années. Ce régime est imposé à 1% de la population en France qui souffre de la maladie cœliaque, et ne supporte donc pas les protéines que l'on retrouve dans les céréales complètes comme le blé, l'orge ou l'avoine. Une maladie plus communément appelée "intolérance au gluten".

Mais parce que soi-disant plus saine et meilleure pour le cœur ainsi que le système digestif, ce régime a été adopté par cinq millions de Français qui ne souffrent en apparence d'aucune intolérance à ces protéines.

Des scientifiques des universités d'Harvard et Columbia ont mené des recherches et ont découvert qu'adopter ce régime alimentaire sans prescription médicale n'était pas sans conséquence sur la santé. Les résultats ont été publiés mardi 2 dans le British medical journal.

Non, le gluten n'accroît pas les risques cardiovasculaires. Il ne sert donc à rien de supprimer les céréales complètes de son assiette puisqu'elles, en revanche, ont réellement des effets bénéfiques sur la santé (et même la durée de vie) d'après les résultats de cette étude.

Les scientifiques ont examiné les habitudes alimentaires de plus de 100.000 "cobayes" pour en arriver à la conclusion que les céréales complètes diminuent donc le risque de mortalité cardiovasculaire. Ils en ont ensuite tiré le conseil suivant pour les associations de consommateurs, publicitaires et autres professionnels de santé: "la promotion des régimes sans gluten pour les personnes qui ne souffrent pas de la maladie cœliaque ne doit pas être encouragée".

Non, le gluten n’accroît pas les risques cardiovasculaires, selon cette étude.


Commentaires

-