Manger son placenta peut -être dangereux pour le bébé

Placentophagie

Manger son placenta peut -être dangereux pour le bébé

Publié le :

Lundi 03 Juillet 2017 - 09:54

Mise à jour :

Lundi 03 Juillet 2017 - 10:15
La "placentophagie" fait fureur dans les pays anglo-saxons et plusieurs stars, comme Kim Kardashian, s'y sont adonnées après leur accouchement. Le but: manger son placenta, cru, en gélule ou encore en smoothie, pour retrouver la forme ou encore augmenter sa production de lait. Seulement, un cas d'infection sème le trouble et les autorités sanitaires américaines alertent les jeunes mamans sur cette pratique.
©Regis Duvignau/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Plusieurs médias américains comme The Daily Beast ou le Washinton Post ont révélé vendredi 30 juin et samedi 1er juillet que le Centre de contrôle des maladies et de la prévention (CDC) des Etats-Unis avait publié un rapport alertant les jeunes mamans des effets néfastes de la "placentophagie" dans certains cas. Cette pratique assez peu connue en France connait un certain succès outre-Atlantique et les plus grandes stars en sont des adeptes. Cela consiste à manger son propre placenta après avoir accouché.

Cru, en smoothie, en soupe ou encore en gélule manger cet organe redonnerait une santé de fer, augmenterait la production de lait et éviterait le "baby blues". Kim Kardashian elle même a eu recourt à cette technique lorsqu'elle a accouché de sa fille North, tout comme sa soeur Kourtney. "Je le lyophilise et le mets sous forme de pilule - je ne le cuis pas comme un steak et le mange (ce que font certaines personnes)", expliquait-elle sur son blog.

Seulement, cette solution miracle n'aurait pas que des effets appréciables, a révélé un groupe de chercheurs. En septembre un bébé est né en bonne santé dans l'Oregon, sur la côte ouest des Etats-Unis, mais celle-ci ce serait détériorée rapidement. L'enfant souffrait de difficultés respiratoires et les médecins ont tenté de trouver la cause de ce mal subit. Des tests ont alors démontré que sa mère ingérait du placenta infecté, elle avait donc contaminé son enfant en l'allaitant.

Le petit a été soignée par antibiotique et sa maman a du arrêter de manger son placenta et tout est rentré dans l'ordre. Le CDC a profité de cette affaire, qui aurait pu tourner au drame, pour rappeler qu'il n'y avait aucune preuve réelle des bienfaits du placenta sur les mères après leur accouchement. "L'ingestion de capsule de placenta devrait être évitée", ont conclu les chercheurs.

Après leur accouchement des femmes conservent leur placenta pour le consommer.

Commentaires

-