Médecins: des délais toujours plus longs

Médecins: des délais toujours plus longs

Publié le :

Mardi 18 Novembre 2014 - 17:13

Mise à jour :

Mardi 18 Novembre 2014 - 17:16
Une étude Ifop publiée ce mardi pointe l'allongement des délais pour obtenir un rendez-vous chez le médecin. Une attente qui exaspère les patients et les pousse parfois à ne pas se faire soigner.
©Jim Bourg
PARTAGER :
-A +A

Les Français sont fatigués d'attendre pour un rendez-vous chez le médecin. C'est ce que révèle une enquête Ifop pour le cabinet Jalma publiée ce mardi.

D'après ce sondage, il faudrait en moyenne 51 jours pour obtenir un rendez-vous chez le médecin en dehors des hôpitaux en 2014. C'est 3 jours de plus que l'année précédente et une semaine de plus qu'en 2011. Ces délais varient énormément selon les spécialités des praticiens. Ainsi pour un médecin généraliste, le délai de prise en charge n'est "que" de 6 jours, 2 de plus qu'en  2013.

Mais ce délai s'allonge considérablement dès que le patient fait appel à un spécialiste. En deuxième position des plus rapides à accueillir les patients  viennent les dentistes pour lesquels il faut tout de même patienter 27 jours. La palme revient aux ophtalmologues qui donnent un sacré coup à la moyenne avec près de 4 mois d'attente (111 jours). A l'exception des psychiatres, tous les spécialistes cités par l'étude sont concernés par l'augmentation de ces délais. Pour ce qui est des hôpitaux, le délai d'attente est le premier facteur de dégradation des services pour 40% des personnes interrogées.

Conséquence, les patients sont de plus en plus nombreux à tout simplement renoncer à leurs soins faute de rendez-vous. Alors que 70% des sondés affirment avoir déjà renoncé à des soins, la majorité d'entre eux (64%) évoque  comme raison "la difficulté d'obtenir un rendez-vous dans un délai suffisamment rapide". Autre effet pervers, les patients peuvent avoir tendance à se rabattre sur les services d'urgence.

Un bon point tout de même relevé par cette étude, depuis 2007, la perception des dépenses de santé est bien plus positives. A l'époque, 64% des sondés les considéraient comme "un coût pour la collectivité, elles pénalisent notre économie et notre compétitivité". Ils ont aujourd'hui 53% à penser au contraire qu'elles "représentent un investissement qui a des effets positifs sur l'économie et la production de richesses"

 

Etude réalisée en ligne, du 28 octobre au 3 novembre, auprès de 1 021 personnes représentatives de la population française.

Les délais d'attente selon les spécialité peuvent aller de 6 à 111 jours en moyenne.


Commentaires

-