Médicament Androcur: l'ANSM alerte sur les risques de tumeur

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Médicament Androcur: l'ANSM alerte sur les risques de tumeur

Publié le 05/09/2018 à 15:53 - Mise à jour à 16:23
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a indiqué fin août qu'une nouvelle étude avait mis en évidence les risques de développer un méningiome pour les patients consommant sur une longue durée de l’acétate de cyprotérone, contenue notamment dans l'Androcur.

L'Androcur ainsi que les génériques dont le principe actif est l’acétate de cyprotérone sont des médicaments servant selon les dosages à traiter certains désordres hormonaux chez la femme, le cancer de la prostate, ou en association avec une prise en charge thérapeutique pour lutter contre les déviances sexuelles.

Mais cette substance est soupçonnée depuis 2009 de favoriser l'apparition de tumeur. Une étude complémentaire a donc été menée par l'Assurance maladie et a conclu que "le risque de méningiome est multiplié par sept pour les femmes traitées par de fortes doses sur une longue période (plus de six mois) et par 20 après cinq années de traitement".

Le méningiome est une tumeur, le plus souvent bénigne, qui se développe à partir des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière (les méninges).

Voir: Rappel du Valsartan - l'ANSM alerte sur le danger d'arrêter son traitement

De nouvelles données qui ont donc poussé l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a réunir le 13 juin dernier un comité d’experts indépendants "afin d’établir des recommandations d’utilisation de l’acétate de cyprotérone ainsi que des mesures d’encadrement du risque". "Les recommandations seront discutées lors d’une prochaine réunion", précise l'agence. Aucun retrait du médicament n'a pour l'instant été décidé.

A la suite des premières études indiquant un possible risque de développer un méningiome, des mises en garde avaient été apposées sur les notices précisant:

- une contre-indication en cas d’"existence ou antécédents de méningiomes";

- une mise en garde précisant que "des cas de méningiomes (simples et multiples) ont été rapportés en cas d’utilisation prolongée (plusieurs années) d’androcur à des doses de 25 mg et plus par jour. Si un méningiome est diagnostiqué chez un patient traité par androcur 50 mg, le traitement devra être arrêté";

- une mention dans la liste des effets indésirables indiquant que "des cas de méningiomes (simples et multiples) ont été rapportés en cas d’utilisation prolongée (plusieurs années) d’androcur à des doses de 25 mg et plus par jour".

Lire aussi:

Paracétamol: l'ANSM met en garde contre ses dangers

Maladies nosocomiales: une bactérie résistante se développe dans les hôpitaux

Gale, scorbut, choléra: pourquoi ces maladies sont de retour

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


L’acétate de cyprotérone contenue notamment dans l'Androcur, peut entraîner l'apparition d'une tumeur.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-