Moustique tigre : sachez le reconnaître !

Moustique tigre : sachez le reconnaître !

Publié le 30/07/2020 à 11:40 - Mise à jour à 11:50
Wikilmages/ Pixabay
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
En quelques années, le moustique tigre est devenu un véritable fléau de l’été en France métropolitaine. Il inquiète car il est vecteur de maladies. 
 
La bestiole est en effet réputée pour transmettre des maladies par sa piqûre, aux premiers rangs desquels le virus zika, le chikungunya et la dengue. Un bémol cependant, le moustique doit avoir au préalable piqué et aspiré le sang d’une première personne infectée. Ce qui rend le risque moins important en métropole qu’en Outre-mer. 
 
Dans quelles zones est-il présent ?
Une commission d’enquête parlementaire a rendu mardi 28 juillet ses conclusions sur la présence du moustique tigre en France, pointant « un risque sanitaire majeur », et pas uniquement dans les territoires d’Outre-mer. 
 
« On parle de maladies tropicales, mais les risques existent également dans l’hexagone. Le moustique Culex par exemple, vecteur du virus West Nile, est présent dans la métropole »
 
De fait, selon la carte publiée par le ministère de la Santé et des solidarités, les moustiques tigres ont déjà colonisé 58 des 96 départements métropolitains, essentiellement dans le sud. Et leur éradication est quasiment impossible, les larves étant très résistantes. Elles ne craignent ni le chaud, ni le froid, et se développent très facilement, dans la moindre eau stagnante, tout particulièrement en milieu urbain et périurbain.
 
Comment identifier un moustique tigre ?
 
De son nom scientifique Aedes Albopictus, le moustique tigre se distingue par ses rayures noires et blanches sur le corps et les pattes, par une ligne blanche le long de son thorax, mais aussi par ses ailes noires. Enfin, il est plus petit que les moustiques autochtones, sa taille ne dépassant pas celle d’une pièce d’un centime d’euro. 
 
Autre différence, le moustique tigre sévit davantage en journée. Plus agressif qu’un moustique « classique », il est aussi plus lent en vol.
 
Quant à sa piqûre, elle se traduit par un petit bouton rouge, qui démange rapidement et gonfle en cloque, voire s’élargit en cas de mauvaise réaction cutanée.
 
En cas de piqûre, justement, il est essentiel de désinfecter immédiatement à l’antiseptique pour limiter le risque à la fois de maladie et de contagion. 
 
Peut-on s’en débarrasser ?
 
Dans l’absolu, la réponse est malheureusement non. Il est néanmoins possible de se protéger en utilisant des répulsifs cutanés et en portant des vêtements amples et clairs. 
 
Prendre soin de son environnement est également essentiel pour éviter les colonies de moustiques tigres : il faut éliminer toute eau stagnante, dans des vases, soucoupes, bâches plastiques… Il est encore conseillé de recouvrir les récupérateurs d’eau de pluie et tout autre récipient impossible à vider d’une toile moustiquaire, et de ne pas laisser trainer de déchets végétaux. En somme, ne pas offrir d’habitat à l’insecte et à ses larves.
 
Si vous constatez malgré tout la présence de moustiques tigres chez vous ou sur votre lieu de villégiature, vous êtes invité à le signaler sur le site dédié de l’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
 
La bestiole est en effet sous haute surveillance en France, même si, comme le dit la commission d’enquête parlementaire, « il faut vivre avec ».
 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le moustique tigre est reconnaissable à son corps strié de blanc

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-