Nouvelle incohérence de Santé Publique France et du ministre de la Santé ou bien erreur volontaire ?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Nouvelle incohérence de Santé Publique France et du ministre de la Santé ou bien erreur volontaire ?

Publié le 21/10/2020 à 13:30 - Mise à jour à 14:37
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Souvent les petits détails font une grande différence, surtout quand il s’agit de prendre des décisions sur base des indicateurs. Les incohérences sur le nombre de cycles utilisés lors des tests PCR pour détecter les personnes infectées par la Covid19 ont été largement couvertes.  En effet, le seuil de cycles actuellement utilisé serait trop important et donc seraient détectées des personnes n’ayant que des fragments résiduels de l’ARN du virus (donc ni malades ni contagieuses), ou ayant des quantités de virus extrêmement faibles, ce qui fausserait les statistiques de la réalité de l’épidémie.

Un second indicateur utilisé est le nombre de nouveaux cas en réanimation.  En mars, en l’absence de disponibilité des tests, c’est cet indicateur qui avait été considéré pour justifier le confinement. En effet, la raison invoquée par cette mesure de confinement serait qu’elle permettrait de réduire la pression sur les hôpitaux et les services de réanimation. Rappelons qu’au plus haut, en avril 2020, le nombre de personnes en réanimation ou soins intensifs était de 7019.  Il est à ce jour de 2168 patients.  

Sur le site de Santé publique, quand on choisit l’indicateur il nous est donné trois possibilités de sélection dans la section choix des indicateurs. Les trois font mention des Réanimations et Soins intensifs. Un premier problème apparait : le tableau de rendu de résultats, que ce soit sous forme de carte ou de synthèse, fait état de patients en Réanimation alors qu’est sélectionné le nombre de nouveaux patients admis en Réanimation ou Soins intensifs.  Ce chiffre pour le 20 octobre est de 278.

 

 

Le nombre de patients en réanimation est ce 2168 patients indiqués sur la carte, mais si on regarde le bilan général (dernière image), ce même chiffre (2168) est mentionné pour les patients « en réanimation ou en Soins intensifs ».

Pourtant Santé Publique différencie bien les lits de réanimations et de soins intensifs puisqu’ils ont des caractéristiques différentes dans les hôpitaux principalement en termes de personnels. Le nombre de lits en réanimation en France en date de 2018 est de 5432 lits (source ministère de la Santé) et le même rapport fait état de 5832 lits de soins intensifs. La France dispose d'un total de 5 800 lits de réanimation, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, jeudi dernier.

Si l’on regarde le taux d’occupation des lits de réanimation publié sur le site du gouvernement celui-ci est de 41,3% au 18 octobre 2020. Ce même 18 octobre il y avait 1939 patients en réanimation, ce qui voudrait donc dire que l’on a 1939/41,3% soit 4695 lits de réanimation et non quelque 5432 tel qu’annoncé dans le rapport de 2018 ou 5800 tel qu’on a pu le lire dans divers médias. Ceci ne serait pas étonnant car plusieurs médias ont annoncé la fermeture de lits de réanimations, ce qui est dénoncé depuis un moment par l’association Santé en Danger présidé par le Dr Arnaud Chiche.

En soit ceci est déjà un problème puisque l’écart de lits est important de 5800 à 4694 soit 19% de lits en moins et par conséquent, le chiffre annoncé par le ministre de la Santé Olivier Véran est donc incorrect

Mais le problème le plus important est le ratio en lui-même car Geodes nous donne 2168 patients en réanimation ou soins intensifs pour la date du 20 octobre et c’est là que le bas blesse, car si le gouvernement utilise le chiffre publié sur son site de 41,3% de taux d’occupation des lits de réanimation, ce chiffre comprend aussi les patients en soins intensifs.  Pour calculer le bon taux d’occupation il faudrait rajouter le chiffre des lits de soins intensifs soit 5832. 

Le taux d’occupation deviendrait donc 2168 /( 4695 + 5832) = 20,6% ou si l’on prend le chiffre annoncé par le ministre de la Santé de 5800 lits de soins intensifs,  le taux d’occupation devient 2168 /( 5800 + 5832) = 18,6%.

Il y a donc deux erreurs possibles 

  • Le nombre de lits de réanimation n’est pas de 5800 comme l’a déclaré Olivier Véran mais de 4695,
  • Le taux d’occupation des lits de réanimation ou soins intensifs n’est pas de 41,3% mais de 18,6% ou 20,6% si l’on considère le déclaratif du ministre comme correct ou pas. 

« Au final les chiffres parleront » a dit le Pr Raoult, cependant en attendant les chiffres utilisés par le gouvernement sont vraisemblablement sur estimés. Espérons que le gouvernement utilise des chiffres corrects pour ses décisions et que ceci est une erreur de reporting.  Dans le cas contraire, cela s’apparenterait à une véritable désinformation et manipulation de l’opinion publique.

En refaisant les calculs avec les derniers chiffres mis à jour c'est à dire maintenant un taux d'occupation de 42,9% pour 2168 patients en réanimation et soins intensifs, on obtiendrait une base de 5054 lits de réanimation.  Le ratio recalculé sur la base des lits de réanimation et de soins intensifs (5054+5832 = 10 886) serait de 2168/10886 = 19,9% ou de 18,6% si l'on prend en considération le nombre de lits de réa déclaré par le ministre.  C'est toujours un écart du simple au double.

Sollicité ce jour à ce sujet, le ministre de la Santé Olivier Véran n'était pas disponible.

ndlr : une coquille s'était glissé dans l'article original d'hier. Il était écrit malencontreusement 1839 plutot que 1939 patients en réanimation à la date du 18/10.  Nous remercions le lecteur qui nous en a fait part)

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Nouvelle incohérence de Santé Publique France et du ministre de la Santé ou bien erreur volontaire ?

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-