Paracétamol: l'ANSM met en garde contre ses dangers

Paracétamol: l'ANSM met en garde contre ses dangers

Publié le :

Mardi 21 Août 2018 - 11:22

Mise à jour :

Mardi 21 Août 2018 - 11:54
L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite renforcer les mises en garde sur les boîtes de produits contenant du paracétamol. Car cette substance dont la consommation a explosé ces dernières années peut présenter des risques, notamment pour le foie, lorsqu'elle est pris sans précaution.
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

C'est l'un des produits pharmaceutiques les plus communément utilisés pour lutter contre les douleurs du quotidien. Mais le paracétamol ne doit pas pour autant être considéré comme un produit bénin. C'est pourquoi l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite renforcer les mises en garde sur les boîtes de médicaments en contenant.

"Le paracétamol est la substance active la plus vendue en France et sa consommation a augmenté de 53% en 10 ans. Près de 200 médicaments contenant du paracétamol, seul ou associé à d’autres substances, sont actuellement disponibles avec ou sans prescription médicale pour traiter les douleurs, la fièvre ou les symptômes du rhume", explique l'ANSM.

Voir: Mort de Naomi Musenga - le paracétamol, un médicament courant mais dangereux

Il apparaît donc nécessaire de rappeler, aussi bien aux patients qu'aux professionnels de santé, que la mauvaise utilisation ou le surdosage peuvent avoir des conséquences graves. Il n'est par exemple pas rare que des malades utilisent simultanément deux médicaments contenant du paracétamol.

"Le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas irréversibles. La mauvaise utilisation du paracétamol est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France", précise l'ANSM qui envisage donc de renforcer le niveau de mise en garde.

Pour cela elle appelle toutes les personnes intéressées à participer à une consultation publique destinée à définir le message d'alerte le plus adéquat. Le questionnaire disponible sur le site de l'agence est à retourner avant le 30 septembre.

Elle rappelle également les bons réflexes à avoir lorsque l'on prescrit ou prend un médicament contenant du paracétamol: "Respecter la dose maximale quotidienne et la durée de traitement recommandée. Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments (utilisés pour douleurs, fièvre, allergies, symptômes du rhume ou état grippal). Alerter les populations particulières (-50kg, insuffisance hépatique légère à modérée, insuffisance rénale sévère, alcoolisme chronique…). Déclarer un effet indésirable sur signalement-sante.gouv.fr".

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "une dose unique de 10 à 15 grammes suffit à provoquer une nécrose hépatique pouvant être mortelle". C'est pourquoi le paracétamol est souvent utilisé dans les suicides.

Lire aussi:

Un pharmacien sur quatre conseille des doses nocives de paracétamol

Médicaments contenant du Valsartan: risque avéré de cancer, mais plus dangereux d'arrêter son traitement

"Le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas irréversible", rappelle l'ANSM


Commentaires

-