Patients radicalisés: les médecins peuvent signaler "au cas par cas"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Patients radicalisés: les médecins peuvent signaler "au cas par cas"

Publié le 19/12/2015 à 12:45 - Mise à jour à 12:50
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'Ordre des médecins a publié une note afin que les praticiens puissent signaler d'éventuels cas de radicalisation dont ils seraient témoins. Les médecins pourraient donc dans certains cas s'affranchir du secret professionnel.

Le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) a publié récemment une note à destination des médecins pour leur indiquer la marche à suivre en cas de patient en voie de radicalisation ou déjà radicalisé.

La note, révélée vendredi par Le Parisien, est accessible sur le site internet du Cnom depuis le 9 décembre, a précisé à l'AFP une porte-parole du Cnom. Elle prévoit que les médecins puissent s'affranchir du secret professionnel.

"Nous souhaitions que les médecins puissent apporter une réponse cohérente à ce problème tout en évitant l'écueil d'un signalement abusif qui serait tout aussi préjudiciable", a expliqué à l'AFP Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie du Cnom.

Il n'y a pas plus d'appels depuis les attentats mais la situation devait être éclaircie pour répondre notamment aux questionnements de médecins isolés, a-t-il fait valoir.

Dans sa note, le Cnom rappelle que le médecin est tenu au respect du secret professionnel "par la loi et le code de déontologie médicale". "Cependant devant certaines situations de radicalisation avérée de nature à faire craindre un comportement dangereux de la part du patient, les médecins se trouvent face à un cas de conscience où ils peuvent légitimement estimer ne pas devoir garder pour eux ce qui leur a été confié ou remarqué", est-il stipulé.

"Cela relève du cas par cas. Et, les médecins peuvent se tourner vers les conseils départementaux pour solliciter leur avis", a expliqué le Dr Faroudja.

Le Cnom rappelle que s'agissant des patients mineurs, la loi prévoit déjà une dérogation à l'obligation de respecter le secret professionnel pour protéger l'enfant. Le médecin peut transmettre des informations (comme le projet de partir faire le jihad) à une structure spécifique de la Cellule de recueil des informations préoccupantes (Crip).

L'Ordre des médecins est prudent sur la définition de la radicalisation: "la radicalisation ne doit pas être confondue avec le fondamentalisme religieux: les fondamentalistes sont des pratiquants qui adoptent des postures cultuelles rigoureuses mais ne recourent pas à la violence alors que les radicaux légitiment ou pratiquent des actes de violence". "Il faut un faisceau de signaux concordants", insiste M. Faroudja.

"La radicalisation se définit par trois caractéristiques cumulatives: un processus progressif; l'adhésion à une idéologie extrémiste; l'adoption de la violence", détaille ainsi la note. Le Cnom publie enfin des extraits du kit de formation du Comité interministériel de prévention de la délinquance sur la prévention de la radicalisation. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les médecins pourront signaler les cas de radicalisation "tout en évitant l'écueil d'un signalement abusif qui serait tout aussi préjudiciable", rappelle l'Ordre des médecins.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-