Perturbateurs endocriniens: toujours pas de réelle définition, la Commission européenne doit revoir sa copie

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Perturbateurs endocriniens: toujours pas de réelle définition, la Commission européenne doit revoir sa copie

Publié le 28/02/2017 à 16:49 - Mise à jour à 17:02
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après plusieurs échecs, la Commission s'est réunie ce mardi à Bruxelles pour tenter de déterminer, à nouveau, la définition des perturbateurs endocriniens. Mais la CE va être obligée de revoir encore une fois sa copie: plusieurs Etats membres, dont la France, ont refusé de voter la proposition évoquée.

Ils n'ont pas réussi à se mettre d'accord. Alors que les perturbateurs endocriniens inquiètent de plus en plus les Français, la Commission européenne (CE) s'est réunie ce mardi 28 à Bruxelles pour tenter de déterminer, après plusieurs échecs, la définition de ces substances, considérés comme nocives pour la santé et l'environnement. Mais encore une fois, les discussions n'ont pas été à la hauteur des espérances, obligeant la Commission européenne à revoir encore une fois sa copie. Plusieurs Etats membres, dont la France, ont refusé de voter la proposition évoquée, faisant part de leurs désaccords.

Pour eux, la définition modifiée de la CE est toujours trop restrictive et donc pas assez protectrice pour les citoyens. Ainsi, selon le texte proposé, pour qu'une substance soit considérée comme un perturbateur endocrinien, le niveau de preuve s'avère toujours très élevé. "La Commission a fait des concessions en supprimant la référence à l'exposition au risque négligeable des perturbateurs endocriniens, référence bien trop souple qui laissait la possibilité d'autoriser la plupart des substances dangereuses. Cependant, sa proposition reste trop faible en matière de protection de notre santé et de notre environnement et les Etats membres ont eu raison de ne pas la soutenir", a déclaré dans un communiqué Michèle Rivasi, députée écologiste au Parlement européen.

Même réaction pour l'association Générations futures qui, quelques jours plus tôt, avait analysé les cheveux de sept personnalités écolos pour savoir s'ils étaient, eux aussi, contaminés par les perturbateurs endocriniens. "Heureusement, des Etats membres, dont la France, le Danemark ou encore la Suède, ont refusé de voter cette proposition de la CE en faisant part de leurs désaccords sur le fond de ce texte inacceptable", s'est-elle réjouie sur son site Internet déplorant, au passage, les agissements de la Commission européenne qui n'écoute "que le son de cloche des lobbies de l'agrochimie".

De son côté, Ségolène Royal a elle aussi regretté la nouvelle définition de la CE, rappelant qu'elle n'avait pas accédé aux demandes de la France: celle de prendre en compte les perturbateurs endocriniens présumés et pas seulement avérés mais aussi celle de tenir compte de la plausibilité des effets sur la santé de ces substances. 

Selon les dernières informations divulguées, un nouveau vote est programmé dans les mois à venir. Pour celles et ceux qui l'ignorent, les perturbateurs endocriniens (phtalates, bisphénol A, parabènes, etc.) se trouvent partout, notamment dans l'alimentation, les textiles ou encore les cosmétiques et peuvent s'avérer dangereux: ils perturbent le système hormonal et peuvent générer maladies et anomalies. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les Etats membres devaient voter ce mardi une définition des perturbateurs endocriniens proposée par la Commission européenne.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-