Petit-déjeuner gratuit à l'école: l'obésité s'invite dans le débat

Petit-déjeuner gratuit à l'école: l'obésité s'invite dans le débat

Publié le :

Jeudi 16 Mai 2019 - 19:57

Mise à jour :

Jeudi 16 Mai 2019 - 19:58
© REMY GABALDA / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Plusieurs spécialistes de l'obésité infantile dénoncent la mesure visant à offrir à tous les élèves de zones frappées par la pauvreté un petit-déjeuner gratuit. Ils jugent que cela va favoriser l'obésité chez les jeunes.

Le petit-déjeuner gratuit à l'école devrait en septembre prochain être généralisé à l'ensemble des "territoires prioritaires", soit 100.000 enfants. L'objectif est d'éviter que certains élèves issues de familles à faibles revenus n'entament la journée le ventre vide.

Un rapport de la Commission des affaires sociales de l'Assemblée remis en mars dernier à la ministre de la Santé indique qu'en moyenne trois élèves par classe arrivent à l'école sans avoir mangé au préalable.

Six millions d'euros ont été débloqué rien que pour l'année 2019, avec expérimentation dans huit académie avant généralisation. L'objectif est bien sûr sanitaire, mais aussi social, afin de gommer les inégalités entre les élèves les plus pauvres et les autres, qui se manifestent avant l'arrivée en classe.

Voir: Petit déjeuner gratuit à l'école, cantine à un euro: un "coup de com'", dénoncent des élus

Mais certaines voix s'élève contre une mesure qui aurait des effets pervers sur le surpoids des enfants. Plusieurs spécialistes lyonnais de l'obésité ont dénoncé une mesure trop générale qui va selon eux pousser de nombreux enfants et adolescents à manger deux fois le matin.

"Réintroduire le petit-déjeuner, c’est une catastrophe. C’est une décision politique prise sans concertation avec les spécialistes. La grande majorité des enfants aura déjà mangé le matin et on va leur ajouter un repas supplémentaire. C’est contraire à tous les messages de prévention de l’obésité que nous essayons de faire passer", juge dans les colonnes de 20 Minutes le professeur Marc Nicolino, chef du service d’endocrinologie et de diabétologie pédiatriques à l’hôpital Femme-Mère-Enfant.

Ses confrères rappellent que les bonnes habitudes alimentaires s'acquièrent dès le plus jeune âge et que la majorité des adolescents obèses le resteront à l'âge adulte.

Selon les données de Santé publique France, en 2015 17% des 6-17 ans étaient en surpoids dont 4% souffraient d'obésité. Une situation sanitaire qui ne doit pas non plus être détachée de la question sociale puisque "la prévalence du surpoids (obésité incluse) reste supérieure chez les enfants dont les personnes de référence du ménage sont les moins diplômées".

Lire aussi:

Vous prenez des risques pour votre santé à sauter le petit-déjeuner (étude)

Petit-déjeuner gratuit à l'école: l'Etat débloque 6 millions d'euros cette année

L'obésité est dans le pré, selon une étude qui réhabilite la vie urbaine

Les petits-déjeuners gratuits dans les écoles pourraient favoriser l'obésité selon certains spécialistes.


Commentaires

-