Préhistoire: des chercheurs démontrent que les hommes de Néandertal consommaient déjà "de l'aspirine"

Préhistoire: des chercheurs démontrent que les hommes de Néandertal consommaient déjà "de l'aspirine"

Publié le :

Jeudi 09 Mars 2017 - 14:53

Mise à jour :

Jeudi 09 Mars 2017 - 15:41
©Pierre Andrieu/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L’homme de Néandertal, cousin disparu de l'Homo sapiens, se soignait déjà à l’aspirine il y a 48.000 ans, en mangeant des bourgeons de peuplier qui libèrent une substance aux propriétés anti-inflammatoires et antalgiques. Cette découverte a été réalisée grâce à l'analyse du tartre retrouvé sur des fossiles.

Les dents des hommes de Néandertal n'ont pas fini de livrer tout leurs secrets. Dans une étude publiée dans la revue Nature mercredi 8, des chercheurs ont expliqué que ces hommes préhistoriques, disparus au profit de l'Homo sapiens, avaient une véritable science des soins.

Cette découverte a été réalisée par une équipe internationale de chercheurs qui a étudié le tartre dentaire de quatre fossiles d'hommes de Neandertal. Retrouvés en Belgique (grotte de Spy) et en Espagne (site d'El Sidron). Ces restes datent de 42.000 et 50.000 ans.

En effet, la plaque dentaire est une source de ressources inépuisables pour les scientifiques: elle capture les micro-organismes de la bouche, les agents pathogènes de l'appareil respiratoire et digestif mais aussi de petits morceaux de nourriture coincés dans les dents. Lorsqu'elle se minéralise, elle se transforme en tartre. "L'analyse génétique de l'ADN +enfermé+ dans la plaque dentaire représente une fenêtre unique sur le mode de vie de l'homme de Neandertal", a souligné Laura Weyrich, de l'Université d'Adélaïde (Australie).

L'un des fossiles a particulièrement attiré l'attention des scientifiques. Il s'agit de restes de dentition d'un jeune adulte néandertalien trouvé dans la grotte d'El Sidron. Il souffrait d'un abcès dentaire encore visible sur sa mâchoire. Il apparaît que des résidus de bourgeons de peupliers ont été découverts dans le tartre de sa dentition.

L'homme de Néandertal mangeait en effet du peuplier qui libère une substance aux propriétés anti-inflammatoires et antalgique, ont souligné les chercheurs. L’arbre contient le principe actif de l’aspirine, l’acide salicylique, qui n’a été découvert qu’en 1829.

"Apparemment, les hommes de Néandertal connaissaient bien les plantes médicinales, leurs propriétés anti-inflammatoires et anti-douleurs et semblent s'être automédiqués", a déclaré Alan Cooper, directeur du Centre Australien pour l'ADN ancien (ACAD) de l'Université d'Adélaïde.

L'homme de Neandertal, du genre Homo comme l'homme moderne, est apparu il y a environ 300.000 ans en Eurasie et s'est éteint il y a environ 30.000 ans.

Cette découverte a été réalisée par une équipe internationale de chercheurs qui a étudié le tartre dentaire de quatre fossiles d'hommes de Neandertal.


Commentaires

-