Première greffe complète du pénis et du scrotum (mais pas des testicules) réussie aux Etats-Unis

Avancée

Première greffe complète du pénis et du scrotum (mais pas des testicules) réussie aux Etats-Unis

Publié le :

Mardi 24 Avril 2018 - 10:38

Mise à jour :

Mardi 24 Avril 2018 - 10:46
Des médecins américains ont annoncé la première greffe réussie en mars dernier d'un pénis et d'un scrotum dans une même opération. Pour des raisons éthiques, les testicules n'ont pas été inclus dans l'intervention.
©OJO/Rex Reatures/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est une première mondiale qui s'est déroulée le 26 mars mais qui n'a été annoncée par les médecins que lundi 23. Un homme a reçu une greffe complète du pénis et du scrotum. Quatre greffes de pénis (deux en Afrique du Sud et une aux Etats-Unis) avaient déjà été réalisées avec succès dans l'histoire de la médecine (une greffe en Chine s'était mal terminée), mais c'est bien une innovation pour le duo pénis/scrotum.

Selon les chirurgiens (neufs spécialisés en esthétique et deux en urologie) de l'université John Hopkins (à Baltimore dans le Maryland), la lourde intervention s'est bien passée. Le patient devrait même quitter l'hôpital dans la semaine.

Les médecins ont annoncé qu'ils étaient "optimistes" sur la possibilité que le patient retrouve des fonctions sexuelles et urinaires en bon état de marche.

L'homme, un ancien militaire dont l'identité n'a pas été rendue publique, a perdu son pénis et ses testicules en sautant sure un engin explosif improvisé lors d'une opération en Afghanistan. Il a déclaré dans un communiqué: "Quand je me suis réveillé (de l'anesthésie, NDLR), je me suis enfin senti plus normal".

Lire aussi - Greffe de tête sur un cadavre: une réussite d'après le neurochirurgien Sergio Canavero

L'opération a cependant été la source d'un questionnement éthique de la part des médecins qui ont transplanté un organe sexuel prélevé sur un donneur décédé. Les scientifiques ont finalement décidé de ne pas inclure dans la greffe les testicules, pourtant en état de marche, pour ne pas donner au receveur des capacités reproductrices d'un code génétique appartenant au donneur mort.

Il faudra attendre environ six mois selon les médecins pour savoir si le patient peut développer suffisamment de sensations pour obtenir une érection. Il devrait par contre pourvoir uriner dans quelques semaines.

Pas moins de 11 chirurgiens ont participé à la greffe.

Commentaires

-