Santé: l'obésité pourrait accélérer le vieillissement du cerveau

Jusqu'à 10 ans en plus

Santé: l'obésité pourrait accélérer le vieillissement du cerveau

Publié le :

Lundi 08 Août 2016 - 18:40

Mise à jour :

Lundi 08 Août 2016 - 18:55
Selon une étude publiée par des chercheurs de l'université de Cambridge, l'obésité et le surpoids seraient liés à un vieillissement prématuré du cerveau. Il toucherait les personnes en surpoids ou obèses âgées de cinquante ans.
©Allan Ajifo/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'obésité et le surpoids favoriserait le vieillissement prématuré du cerveau. C'est le résultat d'une étude menée par des chercheurs de l'université de Cambridge et présentée dans la revue Neurobiology of aging.

Pour mener leurs travaux les scientifiques ont étudié le cerveau de 473 personnes âgées de 20 ans à 87 ans qu'ils ont placées en deux groupes, celui des individus minces ou de poids normal et celui des personnes en surpoids ou obèses. Ils ont mesuré le volume de la substance blanche, où sont concentrés les prolongements des neurones, mais aussi la surface du cortex et son épaisseur. Résultat, ils ont découvert que les personnes obèses ou en surpoids avaient un volume de substance blanche inférieur à celui des personnes de poids normal ou mince. Une personne en surpoids de 50 ans présente un volume de substance blanche comparable à celui d'une personne mince de 60 ans ce qui représente une différence de vieillissement cérébral de dix ans, mais sans qu'un déclin cognitif soit observé chez les patients en surpoids ou obèses. Si la dégénérescence des neurones est un processus naturel de vieillissement il semble être accéléré par le surpoids et l'obésité.

Les scientifiques n'ont observé cette différence qu'au moment de la cinquantaine, ce qui pourrait signifier que le cerveau est plus vulnérable à cet âge: "notre cerveau rétrécit naturellement avec le temps, mais on ignore encore pourquoi les personnes en surpoids ou obèses présentent un rétrécissement de la substance blanche plus important", explique Lisa Ronan, responsable des travaux et qui ajoute que "pour le moment nous ne pouvons que spéculer: soit l'obésité provoque ces changements, soit l'obésité est la conséquence de ces altérations cérébrales". Pour le professeur Paul Fletcher il est possible que le phénomène puisse être réversible en cas de perte de poids, mais la recherche n'en est encore qu'à ses débuts, comme le souligne Sadaq Farooqui: "Il s'agit d'un point de départ qui doit nous permettre d'explorer plus en profondeur les effets du poids, du régime et de l'activité physique sur le cerveau et la mémoire". 

 

Des chercheurs de l'université de Cambridge ont découvert que le surpoids et l'obésité favoriserait le vieillissement prématuré du cerveau.

Commentaires

-