Sida: un nouvel espoir de guérison pour les séropositifs grâce à des chercheurs français

Sida: un nouvel espoir de guérison pour les séropositifs grâce à des chercheurs français

Publié le :

Jeudi 16 Mars 2017 - 10:13

Mise à jour :

Jeudi 16 Mars 2017 - 10:29
©Petillot/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des recherches de scientifiques français publiées dans la revue "Nature" mercredi démontrent que l'on peut dorénavant cibler les cellules réservoirs qui abritent secrètement le VIH. Un nouvel espoir de guérison pour les patients.

Une grande avancée dans la lutte contre le sida a été faite par des chercheurs français. Leur étude publiée mercredi 15 dans la revue Nature a permis de démontrer que l'on pouvait dorénavant détecter les cellules du corps qui conservaient secrètement le VIH, le rétrovirus responsable de la maladie.

En effet, si les traitements antirétroviraux sont prodigués aux patients depuis la fin des années 90, il était jusqu'ici difficile de différencier les cellules saines des cellules réservoirs abritant le virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Le groupe de chercheurs issus, entre autre, du CNRS, de l'université de Montpellier, de l'Inserm ou encore de l'Institut Pasteur ont trouvé un marqueur à la surface des cellules ce qui leur a permis de différencier les cellules saines des cellules malades.

"Grâce à cette avancée, on va pouvoir imaginer de nouvelles stratégies thérapeutiques permettant de cibler et détruire les cellules infectées. C'est un petit rêve qui se concrétise et une nouvelle piste pour éliminer le virus puisqu'on va pouvoir enfin le cibler" a expliqué le directeur de l'institut de génétique humaine, Monsef Benkirane.

Le groupe de scientifiques a commencé ses recherches sur ce postulat: "Le VIH pourrait laisser une empreinte à la surface de sa cellule hôte". Après de longues recherches in vitro, les scientifiques ont repéré une protéine spécifique, appelée CD32a, présente uniquement à la surface des cellules malades.

L'élimination des cellules contenant cette protéine à leur surface a entrainé un retard important de la reproduction du virus, ce qui a appuyé leur résultat.

Le sida est une infection sexuellement transmissible qui affecte le système immunitaire le rendant très vulnérable. S'il y a des traitements, il n'existe toujours pas de vaccin ni de moyens de guérir la maladie. En France en 2015, 152.000 personnes vivaient avec le sida selon le réseau Sida Info Service.

De nouvelles "stratégies thérapeutiques" vont pouvoir être envisagées.


Commentaires

-