N'hésitez plus à vous priver de soupes industrielles!

N'hésitez plus à vous priver de soupes industrielles!

Publié le 09/01/2020 à 12:45 - Mise à jour à 13:56
Pixabay / Bernadette Wurzinger
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Réconfortantes et faciles à consommer, soupes, potages et veloutés ont les faveurs des Français en hiver. Mais si leur version maison est riche en vitamines et en fibres, les soupes industrielles ne sont guère intéressantes d’un point de vue nutritionnel, selon l’analyse de 60 millions de consommateurs.

L’association de consommateurs s’est penchée ces derniers mois sur la composition des soupes et veloutés les plus répandues dans le commerce traditionnel et dans les magasins bio. Elle a analysé trois types de produits: veloutés pommes de terre-poireaux, moulinés de légumes variés et soupes de potiron.
Conclusion: dans leur format industriel, les recettes s’avèrent particulièrement pauvres en fibre. La majorité n’en contiennent pas plus d’un gramme par portion, alors que les autorités sanitaires recommandent d’en consommer 30 grammes chaque jour. Les moins pauvres en la matière sont, selon 60 millions de consommateurs, les moulinés de légumes.

Une quantité négligeable de vitamines
Côté vitamines, le compte n’y est pas non plus: toutes les recettes analysées n'en contiennent qu’une quantité très insuffisante, voire négligeable. Par exemple, la vitamine B9, particulièrement abondante dans les légumes verts, n’a été retrouvée que dans trois des références de moulinés de légumes... Seules les soupes de potiron et de légumes variés semblent tirer leur épingle du jeu: elles contiennent une «quantité non-négligeable» de provitamine A, aussi appelée bêtacarotène, selon 60 millions de consommateurs.  

A lire aussi : Trop de sucre et de gras dans les biscuits, l'alerte de 60 millions de consommateurs

Des arômes et des épaississants inutiles
Autres enseignements peu ragoûtants de cette analyse: les soupes industrielles contiennent encore trop souvent des arômes, tantôt naturels, tantôt de synthèse. Elles sont également trop riches en épaississants, tels que des amidons et autres texturants, essentiellement à base de protéines de lait. Seul bon point relevé: les efforts des industriels pour diminuer la teneur en sel de leurs recettes.

Conclusion du magazine : les soupes industrielles sont  à consommer avec modération et il est, d’un point de vue nutritionnel, bien plus intéressant de préparer ses potages soi-même.

 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les soupes industrielles sont trop pauvres en fibres et en vitamines

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-