Travail de nuit: un nouveau rapport alerte sur des risques graves pour la santé

Horloge biologique

Travail de nuit: un nouveau rapport alerte sur des risques graves pour la santé

Publié le :

Mercredi 22 Juin 2016 - 14:43

Mise à jour :

Mercredi 22 Juin 2016 - 14:53
Le travail de nuit a doublé en vingt ans en France. Une mauvaise nouvelle sur l'aspect sanitaire, la pratique pouvant mener à de sérieuses conséquences physiques et psychiques.
©Nico Neslon/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

On savait déjà le travail de nuit potentiellement dangereux pour la santé. Un rapport publié ce mercredi 22 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) tire un peu plus la sonnette d’alarme en demandant "d’évaluer les coûts sociaux" liés à cette pratique et de les comparer aux "bénéfices potentiels". Comprendre entre les lignes: le travail de nuit est sans doute plus nuisible à la société qu’utile économiquement.

Parmi la liste des pathologies potentielles liées au travail de nuit, l'Anses relève le cancer, la prise de poids, la dégradation des performances cognitives et la santé psychique parmi les principaux risques. "Le travail de nuit influerait sur les facteurs de risques psychosociauxet les troubles du sommeil, qui à leur tour pourraient augmenter les risques de troubles mentaux", explique en détail l’Anses qui s’est penchée sur cette question dès 2011.

"Le coût social du travail de nuit ne se limite pas aux soins de santé prodigués aux salariés mais devrait prendre en compte le coût des répercussions sur la vie sociale et familiale, les coûts induits par les transports ou encore l'absentéisme", ajoute l'Agence, rappelant donc que le calcul du coût du travail de nuit ne peut être appréhendé qu’en sortant des cadres strictement économiques ou sanitaires.

Selon le Code du travail, le travail de nuit s’étend de 21 heures à 6 heures du matin. L’Anses rappelle qu’il a doublé en vingt ans concernant 21,5% des hommes et 9,3% des femmes. Un chiffre qui va à l’encontre de l’esprit de la loi pour qui le travail de nuit "doit rester exceptionnel".

 

La part du travail de nuit a doublé en vingt ans.

Commentaires

-