Un cas de grippe aviaire détecté en Dordogne

Un cas de grippe aviaire détecté en Dordogne

Publié le :

Mercredi 25 Novembre 2015 - 12:34

Mise à jour :

Mercredi 25 Novembre 2015 - 12:38
©Fred Tanneau/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les autorités ont annoncé ce mercredi avoir détecté un cas de grippe aviaire en Dordogne. Des zones de protection et de surveillance ont été érigées autour de l'exploitation, dont la localisation précise n'a pas été communiquée.

Un cas de grippe aviaire H5N1 a été dépisté dans une basse-cour en Dordogne, a indiqué ce mercredi 25 le ministère de l'Agriculture. Le plan national d'intervention sanitaire d'urgence a été activé par les autorités en raison du caractère hautement pathogène pour les volailles de ce virus, qui ne se transmet toutefois que rarement à l'Homme.

Il s'agit d'un premier cas détecté en France depuis 2007. Le virus a été identifié dans la soirée de mardi 24 par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et "il s'agit d'une souche H5N1 hautement pathogène pour les volailles", précise le ministère dans un communiqué. Le même document précise: "le séquençage de la souche est en cours mais il semble s'agir d'une souche déjà détectée en Europe qui présentait jusqu'alors un profil faiblement pathogène".  

Des zones de protection et de surveillance ont été érigées autour de l'exploitation où a été dépisté le cas, dont la localisation précise n'a pas été communiquée par le ministère. Deux périmètres ont été instaurés: à 3km et 10km de l'élevage. Une "surveillance active élargie" est également engagée dans les élevages et la faune sauvage environnants, détaille le communiqué.

La grippe aviaire est "une maladie animale", précise le site du ministère de la Santé. "Cependant, dans quelques cas répertoriés par l’Organisation mondiale de la Santé, le virus a pu se transmettre à l’homme par le biais des sécrétions respiratoires des animaux infectés, leurs déjections ou les plumes et les poussières souillées". Des exceptions, en somme, et qui ont jusqu'ici concerné exclusivement, toujours selon les services de Marisol Touraine, "les personnes qui ont des contacts étroits, prolongés et répétés avec des animaux malades".

 

Une zone de protection a été érigée autour de l'élevage où a été détecté le virus.


Commentaires

-