Un médecin radié pour avoir prescrit du radis noir et de l'arnica à une patiente atteinte d'un cancer du sein

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un médecin radié pour avoir prescrit du radis noir et de l'arnica à une patiente atteinte d'un cancer du sein

Publié le 23/10/2017 à 13:53 - Mise à jour à 14:07
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un médecin exerçant dans le sud-est de la France a été radié pour deux ans par le Conseil national de l'ordre des médecins. Il avait prescrit un traitement homéopathique, à base de gui, de radis noir ou encore d'arnica, à une patiente atteinte du cancer du sein. Cette femme, décédée en 2013, avait porté plainte et sa famille a poursuivi son combat. Obtenant donc la radiation du médecin en août 2016.

Pour un cancer du sein, un médecin exerçant dans le sud-est de la France avait donné à sa patiente diverses prescriptions homéopathiques, comme de l'arnica, du gui (par injections) et du radis noir. Devant l'inefficacité du traitement, qui n'avait rien d'oncologique, il n'avait pas changé son fusil d'épaule. Et n'avait pas non plus communiqué avec l'hôpital dans lequel elle était suivie.

En 2012, Claudie, la patiente, avait décidé de porter plainte, comme l'a relaté Le Parisien samedi 21. En 2013, elle avait finalement été emportée par ce cancer du sein. Sa famille avait alors pris le relais pour poursuivre son combat et mettre en lumière les manquements déontologiques de ce médecin homéopathe, finalement radié pour deux ans par le Conseil national de l'ordre des médecins (décision effective depuis le 1er août 2016).

Dans les conclusions du rapport, l'Ordre des médecins a précisément reproché à ce médecin de ne pas avoir prescrit d'autres examens à sa patiente. Se contentant de poursuivre ses traitements homéopathiques, comme les injections de gui directement dans le sein de cette femme, sur le pourtour de la tumeur.

"Ignorant son cancer, il ne lui prescrit aucun autre examen et ne prend pas contact avec l'hôpital de Grasse, où elle était suivie. Au contraire, il se borne à établir des prescriptions homéopathiques diverses comme radis noir, chardon marie, noyer, arnica, comportant la mention à visée oncologique", affirme ainsi l'acte de condamnation.

Il lui est aussi reproché d'avoir floué sa patiente en lui faisant croire qu'elle pourrait guérir en échappant au traitement lourd (chimiothérapie). "Il lui a ainsi laissé croire que ce traitement pouvait avoir un impact sur l'évolution même du cancer, la confortant ainsi dans sa conviction de pouvoir échapper au traitement classique".

Pour sa défense, le médecin en question a assuré avoir incité sa patiente à retourner voir un spécialiste en cancérologie. Aucune mention à ce sujet dans le dossier médical. "(La patiente) avait connaissance des limites de la médecine que je pratique, je n'ai jamais pu promettre à la patiente la guérison, je ne lui ai pas proposé de remèdes illusoires", a-t-il aussi déclaré.

Mais le Conseil de l'ordre des médecins n'a pas pris cette justification en compte, expliquant aussi que la gravité de l'état de santé de la patiente avait été amoindrie.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Une patiente atteinte d'un cancer du sein avait porté plainte contre ce médecin en 2012. Après son décès en 2013, sa famille avait poursuivi son combat.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-