Le valporate, à l'origine de malformations des bébés, interdit après 50 ans

Le valporate, à l'origine de malformations des bébés, interdit après 50 ans

Publié le :

Mercredi 13 Juin 2018 - 10:58

Mise à jour :

Mercredi 13 Juin 2018 - 11:16
Le valporate, médicament contre l'épilepsie et les troubles bipolaire sera officiellement contre-indiqué pour les femmes en âge de procréer fin juin en Europe en raison des malformations qu'il cause chez l'enfant in-utero. Lancé en 1967, il aurait causé des dommages chez plusieurs milliers d'enfants.
©Fred Dufour/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Près d'un an après la mise en garde de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), l'Union européenne a suivi. A partir de fin juin, il sera officiellement interdit de prescrire le médicament valproate aux femmes en âge de procréer, a annoncé ce mercredi 13 l'agence sanitaire. Cela en raison de ses effets néfastes au développement du fœtus.  

Il s'agit d'un traitement de l’épilepsie et des épisodes maniaques des troubles bipolaires. Il est particulièrement dangereux pour une femme enceinte d'y recourir car selon l'ANSM "il entraîne un taux élevé de malformations (plus de 10 %) et/ou de troubles neuro-développementaux (30 - 40 %) chez les enfants exposés pendant la grossesse".

Ce sont plusieurs milliers d'enfants qui auraient été victimes d'une malformation congénitale majeure en ayant été exposé in-utero au valproate. Car si la coïncidence de ce traitement et d'une grossesse a pu être rare, le médicament a été prescrit pendant des décennies. Il a été autorisé sur le marché en 1967.

Lire aussi: Dépakine - Sanofi condamné en appel à verser plus de 3 millions d'euros d'indemnités

Il aura donc fallu près 50 ans pour que les autorités sanitaires mettent en évidence les effets néfastes du médicament. EN 2015, à la demande de l'association de victimes APESAC, l'ANSM avait demandé aux praticiens de ne plus prescrire ce traitement aux femmes en âge de procréer.

En 2017, l’ANSM a déclenché un arbitrage auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA), pour demander la contre-indication du valproate. L'agence française a décidé d'anticiper les conclusions en établissant en juillet dernier une contre-indication "chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, ou enceintes".

Désormais, "le valproate ne doit pas être prescrit, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives" et dans ce dernier cas les grossesses doivent impérativement être évitées. Les personnes déjà sous traitement sont invitées à ne pas le modifier sans avis médicale et à se rendre chez leur médecin pour trouver une alternative.

Le valporate aurait causé des milliers de cas de malformation de l'enfant en 50 ans.


Commentaires

-