Vers des greffes d'utérus au Royaume-Uni

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Vers des greffes d'utérus au Royaume-Uni

Publié le 01/10/2015 à 13:02 - Mise à jour à 13:09
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une équipe de chercheurs britanniques vient de recevoir l'autorisation de procéder à des essais de greffes d'utérus sur des patientes. L'objectif: leur permettre de donner la vie.

Ce n'est pour l'heure qu'une expérimentation, mais elle est porteuse d'espoirs. Les chirurgiens britanniques de Womb Transplant UK ont annoncé avoir reçu, mardi 29, l'autorisation de procéder à des essais cliniques de transplantation d'utérus. L'objectif est de permettre à dix femmes nées sans utérus ou ayant dû subir une ablation pour raisons médicales, notamment à cause d’un cancer, et en âge de procréer de pouvoir le faire.

Des milliers de patientes sont concernées. En France, une femme sur 4.500 née ainsi sans utérus et environ 3.000 par an contractent un cancer du col de l'utérus débouchant parfois sur une ablation, et donc l'impossibilité de donner la vie.

Si un premier bébé est déjà né suite à ce type de greffe, l'an dernier en Suède, le contexte est cette fois différent puisque les organes seront prélevés sur des donneuses en état de mort cérébrale, comme l'a exigé l'Imperial College de Londres auquel les chercheurs sont associés.

Concrètement, l'étude doit démarrer l'an prochain, après une phase de sélection des candidates notamment. Selon la BBC, 300 femmes se sont déjà portées volontaires pour être receveuses mais une centaine seulement correspondraient aux critères de l'équipe médicale: avoir entre 25 et 38 ans, être en bonne santé et engagée dans une relation de couple stable ainsi que posséder des ovaires fonctionnels, capables de produire des ovules.

Une fois l'expérimentation démarrée, après la greffe, les sujets seront suivies pendant au moins un an pour éviter les rejets. Elles recevront ensuite par insémination artificielle un embryon. Les premières naissances ne devraient ainsi intervenir que deux ans après au moins, soit à partir de 2018.   

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Si l'essai réussi, les premiers enfants pourraient naître en 2018.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-