Virus, éleveurs, risques, mesures: l'épidémie de grippe aviaire en quatre questions

Virus, éleveurs, risques, mesures: l'épidémie de grippe aviaire en quatre questions

Publié le 04/01/2017 à 13:23 - Mise à jour à 13:27
©Jean-Pierre Proulx/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Forme du virus, risques pour l'homme, mesures de lutte et conséquences pour les éleveurs et la filière foie gras : la grippe aviaire qui a touché plusieurs élevages de France ces derniers mois entraîne de nombreuses conséquences et interrogations. Décryptage.

Les cas de grippe aviaire ne cessent de grimper depuis un mois, en particulier dans les élevages de canards du Sud-Ouest. Pourquoi la France, premier pays producteur de foie gras cru, est à nouveau touchée par la maladie, quelques mois seulement après une autre épizootie?

 

> Une grippe aviaire comme l'an dernier?

Le virus H5N8 qui se propage depuis fin novembre dans l'Hexagone est classé "hautement pathogène", comme l'était la souche H5N1 apparue en Dordogne fin 2015.

Mais la grippe concernait alors "strictement la France et le Sud-Ouest" et avait un "niveau de pathologie faible chez le canard", indique Jean-Luc Guérin, professeur à l'Ecole nationale vétérinaire de Toulouse et chercheur à l'INRA. Il était "sans doute issu d'un virus qui avait circulé depuis plusieurs mois dans les élevages" et son ampleur n'avait été repérée qu'à la fin 2015, poursuit-il.

Au contraire, "l'épisode actuel concerne l'ensemble de l'Europe". "L'introduction du virus H5N8 dans les élevages se fait directement ou indirectement par la faune sauvage", et c'est un virus "nettement plus meurtrier", selon le scientifique.

L'influenza aviaire qui sévit cette année "apparaît avoir une virulence inhabituelle chez les palmipèdes d'élevage", confirme la plateforme nationale d'épidémiosurveillance en santé animale (Pnesa), qui dépend du ministère de l'Agriculture.

 

> Pourquoi encore dans le Sud-Ouest?

Pour rejoindre l'Afrique, les oiseaux migrateurs n'ont que deux routes: la vallée du Rhône, où la grippe aviaire H5N1 a sévi à l'hiver 2006, ou la Gascogne, touchée pour la deuxième année consécutive. Douze départements sont actuellement concernés, mais le Gers est le premier touché avec 45 cas sur 89, selon le décompte mardi du ministère de l'Agriculture.

Le premier cas, hors faune sauvage, a été rendu public le 2 décembre dans le Tarn. Des animaux venant de cette zone avaient été acheminés dans trois élevages du Gers le 30 novembre, ainsi que dans les Hautes-Pyrénées et le Lot-et-Garonne.

L'ouest du Gers, où se multiplient les foyers, est une zone "assez humide" avec une "concentration très importante" d'élevages, ce qui favorise la propagation, selon Philip Everlet, responsable du pôle aviculture à la chambre d'agriculture du Gers. Il s'agit du deuxième département producteur de foie gras en France, derrière les Landes. "Heureusement, les Landes ne sont touchées qu'à la marge, et l'un des enjeux est d'empêcher qu'ils soient pleinement touchés", souligne M. Guérin.

 

> Quid du "vide sanitaire"?

Dépassé par l'ampleur de la crise, le ministère de l'Agriculture avait décidé début 2016 d'imposer un "vide sanitaire" exceptionnel dans les élevages d'oies et de canards de 18 départements. Sans recourir à l'abattage massif, les exploitations avaient été progressivement vidées puis nettoyées de fond en comble au printemps, alors que le pic de l'épizootie était déjà passé. Des travaux de biosécurité, comme l'installation de sas à l'entrée de chaque bâtiment recevant des animaux, ont aussi été imposés aux éleveurs.

Face à la nouvelle épizootie, une réunion avec les professionnels de la filière doit se tenir mercredi à Paris, au ministère de l'Agriculture. De nouvelles mesures pour endiguer le virus pourraient être prises, selon des professionnels, mais sur un territoire plus restreint.

 

> Quelles sont les conséquences pour les éleveurs?

L'arrivée du virus H5N8 a empêché la France de recouvrer son statut de "pays indemne", indispensable pour exporter hors d'Europe, notamment en Arabie saoudite, en Chine ou au Japon. Cette nouvelle épizootie est un coup particulièrement dur pour la filière foie gras, dont la production a déjà fondu d'un quart en 2016, selon le Cifog, qui représente les éleveurs et les industriels.

Si le virus n'est pas dangereux pour l'homme, dans les zones touchées, l'activité est à nouveau suspendue. "Beaucoup ont investi 20.000, 30.000 euros, nous-mêmes 100.000, dans des équipements de biosécurité depuis l'an dernier", souligne Serge Mora, responsable du secteur "gras" au Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef) des Landes.

"Il y a chez certains de graves problèmes de trésorerie, qui les prennent à la gorge. J'ai entendu le cas d'un producteur qui, pour régler une facture de 500 euros, a fait des chèques de 10 euros..."

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Sud-Ouest est particulièrement touché car il se trouve sur la route des oiseaux migrateurs.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-