Zika: on saura bientôt s'il y a un lien avec la microcéphalie, promet l'OMS

Zika: on saura bientôt s'il y a un lien avec la microcéphalie, promet l'OMS

Publié le 12/02/2016 à 18:21 - Mise à jour à 18:38
©Felipe Dana/AP/SIPA
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors que les preuves faisant état d'un lien entre le virus Zika et la microcéphalie du nouveau-né s'accumulent, il faudra encore quelques semaines avant d'en être sûr, a annoncé l'OMS ce vendredi. Au niveau des vaccins, aucun essai ne pourra être fait sur l'homme avant 18 mois, a ajouté l'Organisation.

Dans quelques semaines, nous saurons enfin avec certitude si le virus Zika est lié à la microcéphalie du nouveau-né et le syndrome de Guillain-Barré chez l'adulte, a annoncé Marie-Paule Kieny, sous-directrice adjointe de l’OMS pour les systèmes de soins et l’innovation ce vendredi 12 février, ajoutant qu'il faudrait au moins 18 mois avant d'entamer des essais cliniques de vaccins contre le virus sur des humains.

Les preuves faisant état du lien entre Zika et microcéphalie s'accumulent. Une étude réalisée par des chercheurs slovènes et publiée jeudi 11 dans la revue américaine spécialisée New England Journal of Medicine montre la présence du virus Zika dans les tissus cérébraux du foetus d'une femme rentrée en 2014 du Brésil, où elle avait été contaminée. L'étude met en évidence "une présence importante du virus dans les tissus cérébraux, en absence de toute autre cause" de malformation. Le virus pourrait bien s'être localisé dans les neurones. "Les dommages qui en ont résulté pourraient avoir arrêté le développement du cortex cérébral à l'âge embryonnaire de 20 semaines", ajoutent les chercheurs, reconnaissant toutefois que le mécanisme impliqué "n'est pas clair pour l'instant".

Dans le même temps, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américain a annoncé que Zika avait été retrouvé dans le cerveau de deux bébés morts de microcéphalie au Brésil peu après leur naissance ainsi que dans deux foetus porteurs de cette malformation. "Ce rapport décrit l'existence d'un lien entre l'infection par le virus Zika et la microcéphalie", a indiqué le CDC mercredi 10.

Au niveaux des vaccins, deux projets de semblent plus avancés que les autres, a détaillé Marie-Paule Kieny: un vaccin à ADN porté par les National Institutes for Health (NIH), des institutions gouvernementales américaines, et un produit inactivé développé par Bharat Biotech en Inde. Les NIH ont adopté la même approche que celle qui avait servi à mettre au point un vaccin contre le virus du Nil occidental. Le laboratoire indien Bharat a quant à lui annoncé qu'il entamerait très vite des essai pré-cliniques sur des animaux.

Actuellement, plus d'une dizaine de laboratoires travaillent sur un vaccin contre Zika, dont le Français Sanofi et de nombreux chercheurs au Brésil. Le pays, où le virus pourrait avoir touché jusqu'à 1,5 million de personnes, a annoncé jeudi 11 un partenariat avec l'université du Texas.

Des traitements ont également été étudiés mais selon l'OMS leur portée reste limitée car dans la majorité des cas les symptômes sont bénins. Il faut donc favoriser les mesures préventives, comme les produits prophylactiques chimiques, comme contre le paludisme, a expliqué Marie-Paule Kieny. Ainsi l'OMS préconise pour l'instant de se protéger des piqûres avec des répulsifs, le ports de vêtements longs le matin et en soirée, et de dormir sous des moustiquaires.

Enfin, améliorer le dépistage parait le moyen le plus efficace de combattre l'épidémie, a conclu Marie-Paul Kieny, précisant que les nouveaux kits de dépistage devraient être disponibles d'ici quelques semaines.   

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Zika a été retrouvé dans le cerveau de deux bébés morts de microcéphalie au Brésil.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-