5G : Bruxelles retarde son déploiement pour mieux mesurer l'impact des émissions des antennes

5G : Bruxelles retarde son déploiement pour mieux mesurer l'impact des émissions des antennes

Publié le 20/05/2020 à 09:50 - Mise à jour à 10:02
YORICK JANSENS / Belga / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Alors que la région de Bruxelles a décidé de ne pas déployer la 5G en 2020 faute de contrôle satisfaisant des niveaux d'émission des antennes, un groupe de députés français Les Républicains réclame une commission d'enquête sur les effets sanitaires de cette technologie.

La 5G n’arrivera pas à Bruxelles fin 2020. Céline Fremault, qui occupe un poste équivalent à celui de nos conseillers régionaux pour Bruxelles, a en effet déclaré repousser l’achèvement du processus législatif nécessaire au déploiement de la 5G dans la capitale belge. Et d’arguer dans un article paru dans le journal belge L’Echo : « Les Bruxellois ne sont pas des souris de laboratoire ». Car pour Céline Fremault, les conditions ne sont pas réunies pour lancer cette technologie. « Force est de constater qu’il est impensable pour moi de permettre l’arrivée de cette technologie si je ne peux assurer le respect des normes protégeant les citoyens. 5G ou pas. Les Bruxellois ne sont pas des souris de laboratoire dont je peux vendre la santé au prix du profit. On ne peut laisser planer de doute.»

La 5G freinée pour des raisons législatives et non pour motif sanitaire
Cependant, ce n’est pas tant pour des raisons sanitaires que pour des raisons législatives et techniques que la 5G ne sera pas déployée à Bruxelles cette année. Dans un article de Check News de Libération, on apprend en effet que le blocage vient du fait que, pour l’heure, le cadre légal d’émissions actuel est limité à 6 volts/mètre. Or il faudrait, pour permettre l’arrivée de la 5G, que ces normes soient rehaussées entre 14,5 v/m et 41 v/m, selon les recommandations de l’Institut belge des services postaux et télécommunications.

Selon le cabinet de Céline Fremault, interrogé par Check News, le processus législatif pour permettre que cette norme soit rehaussée est bien entamé. Mais il est bloqué pour des raisons techniques, explique l'entourage de la ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargée du Logement, de la Qualité de Vie, de l’Environnement et de l’Énergie, « il n’existe pas aujourd’hui de méthodologie pour mesurer efficacement le rayonnement de ces antennes ». Les autorités préfèrent donc attendre d’avoir davantage de données de terrain avant de poursuivre le processus législatif qui permettra le déploiement de la 5G à Bruxelles. Pour Céline Fremault, le problème n’est pas d’ordre sanitaire, tous les avis qu’elle a recueillis sur la question étant, affirme-t-elle, « positifs ». Mais il est bien lié à la difficulté, pour l’instant, à contrôler les émissions effectives, et donc l’application de la future norme de puissance.

A lire aussi : Et si l'avenir dela 5G était remis en cause par la pandémie mondiale?

Bientôt une enquête en France sur les effets sanitaires de la 5G ?
En France, le déploiement de la 5G continue à poser question : une trentaine de parlementaires Les Républicains ont réclamé, lundi 11 mai, la création d’une commission d’enquête pour mieux connaître les effets sanitaires de la 5G, dont le déploiement, à grande échelle, est en principe prévu pour 2021. Ces élus ne s’opposent pas à la 5G, qu’ils estiment pouvoir « permettre d’accélérer prodigieusement le développement d’usages industriels, au croisement des technologies de l’intelligence artificielle et de l’hyper connectivité ». Cependant, ils estiment nécessaire de collecter et d’analyser un maximum de données sur ses risques potentiels. Ils renvoient notamment sur un rapport de l’ANSES qui, en janvier 2020, évoquait un manque de données scientifiques sur les conséquences pour la santé humaine de certaines fréquences utilisées par la 5G.
La nécessaire multiplication des antennes pour le déploiement de la 5G est l’un des problèmes soulevés par les détracteurs de cette nouvelle norme. Selon le scientifique Aurélien Barrau, l’impact de ce déploiement sera catastrophique pour l’environnement.

A lire aussi : La 5G est un nouveau crime contre l'environnement selon Aurélien Barrau

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


La 5G va nécessiter le déploiement de milliers d'antennes et la fabrication de milliards de nouveaux objets

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-