Cannibalisme: la chair humaine représente un faible apport en calorie

Cannibalisme: la chair humaine représente un faible apport en calorie

Publié le :

Lundi 10 Avril 2017 - 12:15

Mise à jour :

Lundi 10 Avril 2017 - 12:30
©Pierre Andrieu/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une étude publiée il y a quelques jours a démontré que la chair humaine ne représente pas une source importante de calories et ne serait donc pas très nourrissante pour l'homme. Pour expliquer le cannibalisme de l'époque du Neandertal, les chercheurs ont avancé d'autres explications que l'aspect alimentaire.

La chair humaine n'est pas très nourrissante pour l'homme. C'est le constat d'une étude effectuée par le chercheur James Coles de l'université de Brighton au Royaume-Uni qui a tenté de comprendre pourquoi l'homme de Neandertal pratiquait le cannibalisme. 

Ce chercheur spécialiste de l'époque paléolithique a calculé la valeur nutritionnelle de la chair humaine et l'a comparée avec d'autres animaux chassés et mangés par nos ancêtres. D'après l'étude publiée jeudi 6 sur le site Nature.com, un individu de 65 kilos apporte 32.300 calories, de quoi nourrir environ 60 personnes. Un très faible apport comparé à celui du mammouth qui représente 3,6 millions de calories, celui d'un rhinocéros (1,26 million de calories) ou d'un bison qui en apporte 612.000. Seules la graisse et les protéines de chaque membre du corps d'un individu sont prises en compte dans les calculs effectués.

En réalité, manger son semblable avait une utilité toute autre que celle de se nourrir. Bien que l'homme représente une proie plus facile à chasser que les bêtes sauvages, les chercheurs ont avancé une raison "sociale et culturelle" à la pratique du cannibalisme. "Même les épisodes de cannibalisme les plus anciens pourraient être des actes sociaux qui avaient une signification culturelle pour les consommateurs, au-delà du repas facile", indique l'étude. Défendre son territoire ou exécuter un rite funéraire sont des hypothèses au fait de manger l'homme.

L'expérience réalisée par James Coles repose sur d'anciennes études et les compositions chimiques relevées sur des corps humains donnés à la science. Elle a démontré que les tissus adipeux représentent la plus grande source de calories chez l'homme. Le cerveau possède aussi une grande valeur nutritionnelle mais un peu moins que les cuisses.

L'homme de Neandertal avait l'habitude de manger ses semblables, pas seulement par cannibalisme, mais pour des raisons socio-culturelles.

Commentaires

-