Découverte de crocodiles fossiles vieux de 13 millions d'années au Pérou

Les chercheurs ont trouvé

Découverte de crocodiles fossiles vieux de 13 millions d'années au Pérou

Publié le :

Vendredi 27 Février 2015 - 13:25

Mise à jour :

Vendredi 27 Février 2015 - 13:58
Une équipe internationale de paléontologues vient de découvrir, après plus de dix ans de recherches, des fossiles de crocodiles vieux de 13 millions d'années, au Pérou. Ils ont notamment identifié trois nouvelles espèces de ces sauriens, dont l'un se nourrissait notamment d'escargots.
©Digo Souza/Flickr
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Les crocodiles régnaient en maître sur l'Amazone, il y a une douzaine de millions d'années. Une équipe internationale de paléontologues vient de découvrir, dans la région de Loreto (nord-est du Pérou), près de la frontière avec l'Equateur, des fossiles appartenant à sept espèces différentes de sauriens et vieux de 13 millions d'années. Il s'agit de la plus grande concentration d'espèces de crocodiles vivant au même endroit jamais découverte, selon leurs travaux publiés mercredi 25 dans la revue spécialisée Proceedings de la Royal Society.

"C'est une découverte unique pour la science paléontologique ", assure l'un des scientifiques ayant participé aux recherches, John Flynn, spécialiste reconnu et conservateur des mammifères fossiles au Musée américain d'histoire naturelle (AMNH) dans un article publié sur le site de l'institution. En effet, "trois de ces crocodiles sont totalement nouveaux pour la science", renchérit le Français Rodolfo Salas-Gismondi, auteur principal de l'article paru dans Proceedings et chef du département de paléontologie à l'Université nationale de San Marcos et du Musée d'histoire naturelle de Lima, au Pérou.

Parmi l'une des nouvelles espèces, l'une  a particulièrement retenu l'attention des chercheurs. Baptisé le Gnatusuchus pebasensis, il s'agit d'un crocodile au museau plat ("en forme de pelle") doté de dents émoussées et qui se nourrissait… de plateaux de fruits de mer. Enfin si l'on peut dire, puisque ses repas étaient principalement constitués de mollusques, de palourdes et d'escargots.

Il aura fallu plus de dix ans aux chercheurs, qui devaient attendre que le niveau du fleuve amazone baisse lors de la saison sèche pour pouvoir accéder aux parties basses des berges pour faire leurs excavations, pour en arriver à un tel résultat. "Ce qui est intéressant à propos de cette étude, c'est que nous avons identifié une étape dans l'histoire de l'Amazonie et ses formes de vie", détaille Rodolfo Salas-Gismondi. Ainsi, l'on en sait désormais un peu plus sur l'écosystème de l'Amazonie, qui était à l'époque constitué de zones humides qui s'écoulaient alors vers les Caraïbes (au nord) et non l'Atlantique (est), comme aujourd'hui. Un changement qui serait intervenu il y a 10,5 millions d'années environ et qui aurait entraîné une disparition des mollusques dont se nourrissait Gnatusuchus.

 

 

 

Trois nouvelles espèces ont été découvertes par les paléontologues.

Commentaires

-