Des essayages numériques en magasin pour éviter les contaminations

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Des essayages numériques en magasin pour éviter les contaminations

Publié le 28/05/2020 à 10:10 - Mise à jour le 29/05/2020 à 10:10
Veertus
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Depuis la réouverture des magasins le 11 mai dernier, le shopping a pu reprendre, mais rien n’est plus comme avant. Avec les nouvelles règles sanitaires, on ne sait plus si on peut manipuler les vêtements normalement et/ou même les essayer sur place… Comme dans les autres domaines, la technologie est souvent la solution et dans le cas du shopping, elle peut vous permettre d'essayer vos prochains looks en magasin, mais sur mobile! Ces outils numériques sont bienvenus pour soutenir le secteur de la mode textile en France qui passe par une période difficile.

Il est possible d’essayer les articles en cabine

Tout d’abord, rassurez-vous, en cette période de déconfinement, il est possible de faire des essayages en cabine, en suivant les normes et consignes de sécurité. La Fédération Nationale de l'Habillement et l'Alliance du Commerce ont élaboré des guides pratiques pour encadrer les pratiques dans les boutiques. Le nombre de cabines d’essayage est réduit afin d’espacer au maximum les clients, le nombre d’articles est limité, les cabines sont désinfectées après chaque passage et le port du masque en cabine est obligatoire.  Et pour les vêtements qu’on n'achète pas, c’est la mise en quarantaine…
Mais résultat, alors que le moment de passer en cabine était déjà chronophage, avec les mesures de sécurité il ne faut pas être pressé...les achats de dernière minute ne sont donc plus une option. Heureusement, l'essayage numérique se généralise et peut devenir l'allié des magasins.

Une technologie made in France, alliée des magasins en contexte pandémique

Veertus, une start-up française propose une application pour smartphone qui pourrait permettre de supprimer le passage en cabine d'essayage. À partir du code-barres d'un article, on peut essayer virtuellement le vêtement sur son smartphone, avec un processus original, plus simple d’utilisation. Habituellement, les applications d’essayage scannent votre silhouette, pour créer un avatar en 3D qui sera “habillé” avec les versions numériques des articles. Veertus, de son côté, a développé une jauge de "bien aller" qui va de 0 à 100%. Une fois que l’utilisateur a enregistré toutes ses mensurations dans l’application, elle fournit instantanément un score pour chaque vêtement choisi, qui indique si la pièce vous met bien en valeur, mais aussi quelle taille vous devez prendre. Il s’agit donc d’une hyper personnalisation, qui peut aussi prendre en compte des données supplémentaires comme nos goûts et préférences.  

Cette solution, qui avait été testée notamment aux Galeries Lafayette de Grenoble, a évolué vers une application web en raison de l'épidémie. Selon son fondateur, les enseignes sont de plus en plus convaincues de l'intérêt de l’habillage virtuelle. Plus de dix enseignes nationales majeures du prêt-à-porter et de la lingerie sont intéressées et sept d’entre elles ont déjà numérisé leur catalogue.
Selon son fondateur, la jeune pousse intéresse de plus en plus de retailers. "Chaque semaine depuis le 11 mai, deux à trois enseignes supplémentaires nous contactent, avec lesquelles on avance sur l’intégration de leur catalogue, annonce Jean-Marie Caoudal. Nous discutons aujourd’hui avec plus de dix enseignes nationales majeures du prêt-à-porter et de la lingerie et nous avons déjà intégré, à des fins de test, les catalogues produits de sept d’entre elles". La société revendique plus de 4 000 magasins en France et 3 000 utilisateurs actifs. "Nous comptons plus de 180 000 articles évalués et un panier moyen constaté par nos partenaires de +20% via la réassurance d’achat", annonce la société.

Des outils numériques peuvent-ils sauver les enseignes de mode de la faillite?

Promod, Naf Naf, La Halle, Camaïeu… la crise du Coronavirus a touché très fortement les enseignes françaises de prêt a porter. Cette crise a malheureusement été la goutte qui a fait déborder le vase. Les magasins de vêtements font face depuis quelques années à la concurrence féroce des sites d’e-commerce. Mais, malgré la commodité des achats en ligne, les achats en magasin sont toujours très importants. Selon le fondateur de Veertus, 84% des ventes se font en boutique. Les outils et applications peuvent donc aider les enseignes à transposer les avantages du commerce en ligne dans leurs magasins, notamment la recommandation intelligente d’articles à l’aide d’algorithmes qui apprennent à connaître le client.

D’autres applications offrent la possibilité de scanner les étiquettes pour avoir des informations sur les articles et des recommandations. L’application Clear Fashion (le yuka des vêtements) permet par exemple de scanner l’étiquette des vêtements pour connaître leur empreinte carbone.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Veertus, une start-up française propose une application pour smartphone qui pourrait permettre de supprimer le passage en cabine d'essayage

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-