Des globules rouges retrouvés sur des os de dinosaures... pratiquement par hasard

Auteur(s)
DD
Publié le 10 juin 2015 - 14:39
Image
Extrait du film "Le Monde perdu:Jurassic Park" de Steven Spielberg.
Crédits
©Universal Pictures
Cette découverte va permettre à l'homme de mieux comprendre l'évolution des dinosaures.
©Universal Pictures
Par un heureux concours de circonstances, des scientifiques ont réussi à récupérer des globules rouges sur des os de dinosaures. Une découverte inédite qui va permettre de mieux retracer l'évolution des espèces.

C'est une avancée sans doute considérable dans l'histoire de la paléontologie qui a été faite... par hasard. Au moment où sort sur les écrans le film Jurassic World, des scientifiques de l'Imperial College de Londres affirment dans la revue Nature Communications disposer de globules rouges de dinosaures vieux de 75 millions d'années. Une découverte a priori inenvisageable, les globules rouges se dégradant très vite, même les recherches les plus reculées d'ossements de dinosaures n'ont pas permis d'en retrouver.

Mais pourquoi chercher si loin alors que la solution s'est révélée venir quasiment de "la porte à côté"? En effet, les chercheurs affirment qu'ils ont découvert ces globules dans des ossements de dinosaures qui provenaient... du Musée d'histoire naturelle de Londres. Le prestigieux établissement a en effet fait don de fragments d'os à l'Imperial College de Londres, ceux-ci n'étant plus exploitables par le musée, du fait de leur apparence très dégradée.

Mais au-delà de cette anecdote certes incroyable, la découverte de ces cellules va peut-être permettre de répondre à l'une des plus grandes interrogations des chercheurs sur la période qui a vu le passage des dinosaures.

"On pense que les ancêtres des dinosaures étaient à sang froid (leur température corporelle varie avec celle de leur milieu), tandis que leurs descendants, les oiseaux, sont à sang chaud (leur température corporelle est constante, comme l'espèce humaine). Cela signifie qu'au fil du temps, les caractéristiques du sang ont évolué", explique ainsi Sergio Bertazzo, le coauteur de l'étude parue dans la revue scientifique.

Selon les chercheurs, les échantillons sanguins trouvés semblent montrer une proximité avec les cellules que l'on trouve dans le sang des émeus, ces espèces d'autruches. Mais les scientifiques préviennent: malgré l'impatience de la communauté internationale et de tous les amateurs de paléontologie, les analyses seront encore longues. Et l'ouverture d'un vrai Jurassic Park n'est pas pour demain...

 

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.