Histoire du Covid19 - chapitre 3 (partie2)

Histoire du Covid19 - chapitre 3 (partie2)

Publié le 07/09/2020 à 10:46 - Mise à jour le 08/09/2020 à 14:28
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Valère Lounnas, Ph.D pour FranceSoir

-A +A

Partie 2.  Le virus synthétique hybride de Shi Zheng Li et Ralph Baric, une étape de plus franchie vers un monde nouveau d'insécurité biologique

Retrouvez ici la partie 1 

Shi Zheng Li utilise un ressort de peur similaire, même si elle évoque un processus de recombinaison (mixing génétique) au lieu d'un simple processus de mutations en des points particuliers du génome.

 

Dans ce processus, des pans entiers de génomes sont échangés entre deux virus de façon naturelle créant un nouveau virus apparenté aux 2 précédents qui se sont recombinés en 2 autres virus différents en échangeant des parties de leurs génomes. Dans la nature ce procédé se limite à des organismes en principe très voisins. Mais avec le génie génétique en peut très bien introduire n'importe quel gène dans n'importe quel organisme (ex. gène de méduse fluorescente dans le mouton) et réfléchir ensuite  à ce qu'on a fait.

 

Les coronavirus de chauves-souris pourraient très bien franchir la barrière des espèces en se recombinant entre eux pour ensuite affecter l'être humain. Et donc ils ont décidé d'en créer un en laboratoire pour prouver que c'est une réalité sur laquelle il faut compter et s'y préparer. En réalité, Shi Zheng Li a découvert et explique au monde entier quelque chose de bien plus inquiétant que ce qu'elle prétend en attirant l'attention sur les recombinaisons potentielles naturelles de coronavirus de chauves-souris. Ce sont les recombinaisons synthétiques à gain de fonction qui vont être le plus à craindre qui, d'ailleurs, potentiellement ne seront pas limitées à des virus de la même famille.

 

Description de la recherche de Shi Zheng Li à l'institut de virologie de Wuhan en collaboration avec Ralph Baric à l'Université de Chapel Hill en Caroline du Nord

 

France Soir a été plus que vivement critiqué par NewsGuard, un site anti-complotiste américain qui se targue de poursuivre et dénoncer les fake news et décerne des labels de qualité aux médias de la presse écrite. France Soir avait reçu un label rouge infamant au titre, en autre, d'un article sur un virus COVID synthétique, hautement pathogène pour l'être humain, qui avait été fabriqué dès 2015 par Shi Zheng Li en collaboration avec Ralph Baric (Cornell University, Caroline du Nord, USA). Selon News Guard, France Soir tentait de laisser penser au lecteur que le virus de la COVID-19, le SARS-Cov2, était une fabrication synthétique. Nous n'avons jamais écrit cela dans notre article mais simplement informer le public qu'un autre virus de type COVID provoquant le SARS, artificiel et potentiellement hautement pathogènique pour l'être humain avait été créé en 2015 en laboratoire sans que jamais le grand public n'en ait été informé. 

 

Chez France Soir, nous pouvons nous tromper mais nous sommes sérieux. Pour le prouver et que le lecteur puisse juger par lui-même, nous retranscrivons sans modifications, ci-dessous, les éléments essentiels tirés de l'article de 2015 paru dans Nature Medicine. Les quelques commentaires que nous ajoutons n'ont pour but que de permettre au lecteur de comprendre le jargon technique (nous avions également traduit l'article dans son intégralité).

Il est très important de comprendre que le virus COVID synthétique a été réalisé en fait dans le laboratoire de Ralph Baric à l'Université de Chapell Hill dont le niveau de sécurité est seulement P3. L'équipe de Shi Zheng Li a contribué de façon décisive à cette recherche car elle en a fourni l'élément essentiel, c'est-à-dire le gène de la protéine spicule SHC014 clé d'entrée dans les cellules pulmonaires humaines par l'intermédiaire du récepteur ACE2 qui a été intégré dans le génome du SARS du 2003 à Chapel Hill sous la responsabilité de Ralph Baric. Cette réalisation de ce premier virus COVID GOF hautement pathogène est incontestablement un fruit 100% sino-américain. Nous aborderons dans le prochain chapitre les raisons qui font que cette réalisation n'a pas été faite intégralement à Wuhan alors qu'elle correspond à la mise en pratique d'une théorie développée par Shi Zheng Li depuis 2004.

 

Voici ce que Shi Zheng Li et Ralph Baric écrivent :

 

Écrit essentiel 1 : « Ici, nous examinons le potentiel pathogénique d'un virus de type SARS, SHC014-CoV, qui circule dans les populations de chauves-souris fer à cheval chinoises [1]. En utilisant le mécanisme de transcription inverse du SARS-CoV, nous avons créé et caractérisé un virus chimérique qui exprime la protéine de surface S SHC014 ('spicule') d'un coronavirus des chauves-souris sur la structure de base d'un virus SARS-CoV adapté aux souris. »

 

Explication 1:  Le SHC014-CoV est un coronavirus de chauves-souris dont la protéine de surface (dite spicule ou protéine pointe) spécifique porte le nom SHC014. Les coronavirus sont des virus à ARN et ne contiennent donc pas d'ADN. La transcription inverse est le mécanisme par lequel l'ARN contenu dans le virus va se transformer en ADN viral qui va être inséré dans l'ADN de la cellule infectée. Ici, en fait, il s'agit juste de récréer artificiellement l'ADN du virus SARS-CoV humain (celui de l'épidémie de 2003) afin d'y substituer par génie génétique sa protéine S avec celle du SHC014-CoV de chauves-souris. Elle indique une chose très importante, c'est que le virus humain SARS-CoV de 2003 a été adapté aux souris. Cela a une énorme importance car cela veut dire que le virus a en principe perdu son caractère pathogénique pour l'homme. L'article ne dit pas comment mais le virus a été adapté aux souris par une méthode qui s'apparente à celle décrite dans la partie 1 de l'article, concernant la recherche de Ron Fouchier.

 

Shi Zheng Li a donc créé un virus viable, hybride (chimérique) entre le SARS-Cov de 2003 adapté aux souris et portant la protéine S (SHC014) provenant d'un coronavirus de chauves-souris fer à cheval, lui-même identifié par elle-même et son équipe, en 2013 au laboratoire de virologie de Wuhan (référence [1]). 

 

La grande particularité du virus SHC014-Cov, première découverte majeure de Shi Zheng Li en 2013, était sa capacité à infecter les humains par l'intermédiaire supposé du récepteur d'entrée cellulaire ACE2,  mais également d'autres espèces mammifères porteuses de variants génétiques (appelés orthologues) de ce récepteur comme les chauves-souris fer à cheval et la civette palmiste, l'hôte intermédiaire de la pandémie de 2002-2003.

 

Le but de la recherche de Shi Zheng Li en 2015 était de confirmer l'hypothèse déjà hautement probable que l'infection du SHC014-Cov se faisait bien par l'intermédiaire du récepteur ACE2.

 

Dans le reste de l'article, elle se réfère au SARS-CoV chimérique (virus hybride formé) comme le SHC014-MA15, c'est-à-dire le coronavirus de l'année 2015 adapté aux souris et portant la protéine spicule SHC014.

 

Écrit essentiel 2 : « Malgré les prédictions de modélisation de structure et les expériences de pseudotypage, le virus hybride SHC014-MA15 s'est révélé viable et se répliquait à de forts niveaux de concentration in vitro dans les cellules de type Vero. »

Explication 2 :  cela veut dire que l'étude par modélisation structurale de la protéine SHC014 ne permettait pas de conclure qu'elle pouvait interagir avec le récepteur ACE2 humain. De même les expériences de pseudotypage, qui consistent à fabriquer un pseudo virus (avec une enveloppe protéinique n'étant pas celle du SARS-Cov) et portant la protéine SHC014, ne permettaient pas non plus la liaison au récepteur ACE2. Par contre, le virus hybride complet était viable et se répliquait donc dans les cellules du type Vero. Ces dernières sont des cellules hôtes pour la culture de virus qui permettent de mesurer, par exemple, la réplication de virus en présence ou en absence de médicaments expérimentaux.

 

Écrit essentiel 3 : « Ces virus se répliquent avec efficacité dans les cellules des voies respiratoires supérieures [sous-entendu humaines, NDLR] en atteignant des concentrations in vitro comparables aux souches épidémiques du SARS-CoV. »

 

Explication 3 : dans le résumé de l'article, quasiment le seul élément de texte lu par les scientifiques qui ne sont pas directement experts dans le domaine, Shi Zheng Li omet habilement de spécifier qu'il s'agit des voies respiratoires humaines !... En clair, le virus hybride créé se répliquaient dans les cultures cellulaires (in vitro) des voies respiratoires humaines à un niveau de concentration mortel identique à celui mesuré chez les patients de 2003.

 

Dans le corps l'article cela est dit clairement :

 

Écrit essentiel 4 : « Pour tester la capacité de la protéine SHC014 de permettre l'infection des voies respiratoires humaines, nous avons examiné leur sensibilité a ce virus en utilisant la lignée cellulaire Calu-3 2B4 (réf. 9). Nous avons observé la capacité de ce virus à les infecter et à produire une réplication robuste du SHC014-MA15, comparable à celle du SARS-CoV Urbani (Fig. 1c). [il s'agit du virus de SARS de 2003, NDLR]»

 

Écrit essentiel 5 : « De plus, les expériences in vivo démontrent la réplication du virus chimérique dans les poumons des souris avec un effet pathogénique notable. L'évaluation des thérapies immunes contre le SARS [le syndrome respiratoire aigu sévère, NDLR] et des modalités prophylactiques montre peu d’efficacité ; que ce soit par l'intermédiaire d'anticorps monoclonaux ou de vaccins il n'a pas été possible de neutraliser l'infection des virus chimériques CoVs portant cette nouvelle protéine S. »

 

Explication 5 : cela se passe de commentaire !

 

Écrit essentiel 6 : « ...nous avons vacciné les souris âgées avec le virus complet du SARS-CoV doublement inactivé (DIV) »

 

Explication 6 : une méthode puissante de vaccination est par virus doublement inactivé (DIV), c'est à dire tué en principe deux fois, pour garantir qu'aucune particule virale résiduelle reste et soir capable de se reproduire dans l'organisme. De tels vaccins sont proposés pour le COVID-19 (SARS-Cov2). Par contre l'aluminium sera systématiquement utilisé comme adjuvant (booster immunitaire) car développer un vaccin avec un autre type d'adjuvant sans aluminium nécessiterait probablement des recherches beaucoup plus longues.

 

Écrit essentiel 7 : « … cependant, le vaccin a échoué à protéger les animaux âgées qui présentaient également une pathologie immune, indiquant la possibilité que leur état ait été aggravé à cause de la vaccination.»

 

Explication 7 : en effet, tout vaccin peut engendrer à différents degrés des réactions auto-immunes. Ici, il semblerait que ces réactions soient assez fréquentes puisque seulement quelques douzaines de souris ont été testées !

 

Écrit essentiel 8 : « L'ensemble de ces observations confirme que le vaccin par virus atténué ne protégerait pas contre une infection par SHC014 et pourrait probablement augmenter la maladie dans un groupe vaccine plus âgé [ici les auteurs implicitement parlent des êtres humains ! NDLR]. »

 

Explication 8 : les vaccins atténués diffèrent des vaccins inactivés par le fait que le virus n'est pas complètement tué et garde une activité résiduelle. C'est cas de nombreux vaccins comme celui le BCG ou plus récemment celui du ROR. Les vaccins atténués ne peuvent pas absolument pas s'utiliser contre des personnes dont le système immunitaire est affaibli car ils peuvent conduire, comme il est malheureusement souvent observé, au développement de la maladie au lieu de l'empêcher.

 

Écrit essentiel 9 : « Ces résultats démontrent que des anticorps largement neutralisants contre le SARS-CoV n'ont qu'une efficacité marginale contre des souches émergentes de virus du type SARS-CoV comme le SHC014-CoV. »

 

Explication 9 : il n'y a pas d'immunité croisée avec le SARS-Cov de 2003 !

 

Écrit essentiel 10 : « Nous considérons les virus portant la protéine SHC014 comme une menace potentielle à cause de leur capacité de se répliquer dans les cultures de cellules des voies respiratoires supérieures humaines, le meilleur modèle à disposition pour l'étude des maladies respiratoires. De plus, la pathogénie observée chez les souris indique une capacité pour les virus contenant la protéine SHC014 de causer une maladie dans les modèles mammifères sans adaptation du RBD [RBD : domaine de liaison de la protéine spicule SHC014 au récepteur d'entrée cellulaire ACE2, NDLR]. »

 

Explication 10 : il faut normalement une adaptation par mutation ou par recombinaison naturelle, dans un ou plusieurs hôtes intermédiaires, pour qu'un virus franchisse la barrière des espèces vers l'homme. Ici, ce n'est pas le cas, le seul ajout de la protéine SHC014 suffit ! C'est une découverte qui laisse planer un danger sur l'humanité.

 

Les peurs du Haut Conseil pour la Santé Publique découlent de cette publication sur laquelle l'omerta règne

 

A la lecture détaillée de la recherche GOF de Shi Zheng Li on se rend compte pourquoi le gouvernement a si peur de l'épidémie de COVID-19 et pourquoi les bruits les plus anxiogènes se sont répandus dans la presse dès le début de la pandémie, comme sur l'impossibilité supposées de la vaccination et plus tard sur l'absence d'immunité croisée. Le haut conseil pour la santé publique se référait de toute évidence à la publication de Shi Zheng Li sans en informer la presse et donc le public. Celui-ci n'avait visiblement pas le droit de savoir qu'un coronavirus pouvant causer le syndrome respiratoire SARS (donc un virus COVID) avait été synthétisé en laboratoire déjà depuis 2015, mettant en avant des difficultés potentielles à le combattre.

 

Il faut noter également que les contradictions apparentes, dans les médias, sur les délais de mise au point d'un vaccin proviennent également de ces observations initiales faites par Shi Zheng Li et son équipe. Établir un vaccin fiable destiné à un usage très large est toujours une tâche difficile qui peut prendre plusieurs années parfois. Dans des cas extrêmes il peut s'avérer impossible pendant des décennies de mettre au point un vaccin, comme cela est le cas pour le virus du SIDA. Un des problèmes possibles dans la mise au point d'un vaccin est la recherche d'un booster immunologique (adjuvant) efficace. Parfois, cela prend énormément de temps de le mettre au point. Cependant, utilisation de sels d'aluminium comme adjuvant permet  préparer presque à coup sûr un vaccin qui serait autrement bien plus difficile à réaliser.

 

Il faut noter, en a parte, qu'à propos du débat sur la sécurité des vaccins, l'aluminium est un poison absolu pour les êtres vivants et que le système immunitaire met en œuvre une réaction de rejet contre lui telle que les chances d'obtenir en même temps des anticorps contre les fragments du virus présents dans le vaccin sont plus que décuplées. Injectée dans le muscle une toute petite fraction de l'aluminium finit par atteindre le système nerveux central et s'y accumuler dans les neurones, vaccination après vaccination. La limite de tolérance du nombre de vaccinations dépend de la variabilité physiologique entre individus. Le syndrome dû aux sels d'aluminium (myofasciite a macrophages) présent dans les vaccins à été démontré. 

 

Ce dont les autorités françaises devraient avoir vraiment peur c'est que la découverte faite par Shi Zheng Li  permettrait de rendre n'importe quel coronavirus hautement pathogénique pour l'homme, sans nécessité d'adaptation par recombinaison ou mutation dans un hôte intermédiaire, en y substituant sa protéine spicule avec celle du virus SHC014-Cov de chauves-souris.

 

Quelles conclusions en tirer ?

Les apprentis sorciers ne manquent pas d'hypocrisie sur l'utilisation duale de leur recherche

Ce qui peut apparaître finalement comme le nec-plus-ultra de l'inconscience, c'est que ces apprentis sorciers exposent au monde entier leurs expériences tellement ils en sont fiers. En les rendant ainsi publiques ils concourent doublement au franchissement de la barrière des espèces : d'une part par le risque de fuite à l'extérieur des laboratoires des virus qu'ils créent et, d'autre part, en livrant des recettes opérationnelles aux autres chercheurs au service d'états peu scrupuleux ou d'organisations terroristes non étatiques. Il est en effet beaucoup plus facile de reproduire une recette que de la mettre au point et les moyens à mettre en œuvre peuvent être bien plus réduits, surtout en termes de précautions. Les laboratoires P4 ne sont pas une obligation et les kits de mutation ciblées (mutagenèse dirigée) peuvent s'acheter couramment.

 

En réalité, les chercheurs impliqués dans les recherches GOF sur les virus ne manquent pas de lucidité. Ils sont parfaitement au courant de l'usage dual potentiel de leurs découvertes.

 

En particulier, Shi Zheng Li ne pouvait pas ne pas être au courant du programme militaire chinois d'identification et d'étude des coronavirus de chauves-souris, programme initié et conduit en parallèle à celui des universitaires depuis le début des années 2000. Nous consacrerons le prochain chapitre de l'histoire du Covid-19 au programme militaire chinois.

 

Les scientifiques dont nous avons décrits les recherches GOF sont donc responsables de leurs actes. Ils sont très mal à l'aise avec cela car ils n’évoquent tout simplement jamais l'usage dual qui peut être faite de ce qu'il considère des avancées dans la lutte contre les pandémies. Des pandémies qui, précisons-le, n'existent pas et dont les chances d'émergence naturelles sont infiniment faibles comme nous l'avons vu pour le H5N1 muté de Ron Fouchier mais également pour l’hybride de SARS-Cov que Shi Zheng Li a fabriqué. A force de vouloir éviter au monde des fléaux, il semblerait qu'ils contribuent à accélérer le mouvement vers leur réalisation.

 

Ainsi les scientifiques ont dorénavant le champ libre car interdire les recherches GOF est à présent tout aussi illusoire que d'interdire leurs publications comme le suggérait Lynn C. Klotz, l'experte américaine de l'institut Center for Arms Control and Non-proliferation, dans son rapport tout en admettant d'ailleurs que c'est un vœu pieu.

 

Dans sa métaphore du chat qui s'est échappé du sac pour le contenir elle nous indique qu'il n'est déjà plus possible d'empêcher la prolifération de création de PPP (virus pathogènes à potentiel pandémique). Dans son analyse au sujet de la recherche de Ron Fouchier, elle écrit : « les méthodes pour créer des virus transmissibles de façon aériennes sont bien établies et peuvent être reproduite par des chercheurs peu doués dans le domaine de la virologie moléculaire.» Son rapport sur les activités de Shi Zheng Li n'est pas encore rendu publique.

 

En tout cas, depuis l'émergence du SARS en 2003, il y a eu six départs d'épidémie de SARS provenant de laboratoires de recherche, dont 4 en Chine. Ces fuites de laboratoires ont  causé l'infection de 13 personnes dont une est morte (Furmanski, 2014). En réponse, les États Unis ont banni certains types d'expérience GOF avec des PPP en 2014. Mais l'interdiction (un moratoire sur le financement) qui n'a jamais été appliquée (voir chapitre 2) a été levée en 2017.  

 

En février 2019, dans le Bulletin of The Atomic Scientist, Lynn C. Klotz conclut que les erreurs humaines sont à l'origine aux USA de la plupart des accidents de laboratoires de haute sécurité causant l'exposition aux pathogènes. Alors que des problèmes d'ordre matériel étaient un facteur dans les 749 incidents rapportés aux autorités, entre 2009 et 2015, 79% résultaient d'erreurs humaines.

 

Nous ne pouvons cesser de penser à cette virologue française, interviewée au mois d'avril 2020 par un grand quotidien, qui assurait la main sur le cœur qu'aucun chercheur chinois n'aurait osé faire des manipulations génétiques sur les virus du SARS !

 

Alors, s'il vous plaît les apprentis sorciers, arrêtez votre déni et assumer vos responsabilités car vous nous faites penser au Tartufe de Molière et sa fameuse tirade : « Cachez, Madame, ce sein que je ne saurais voir ! ».

 

(L'auteur remercie Jacques Ganivet pour la relecture active du texte et ses corrections.)

Auteur(s): Valère Lounnas, Ph.D pour FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Histoire du Covid19

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-