Ig Nobel 2017: impact cérébral du fromage ou rhéologie des chats, les Français se distinguent

Ig Nobel 2017: impact cérébral du fromage ou rhéologie des chats, les Français se distinguent

Publié le :

Samedi 16 Septembre 2017 - 16:42

Mise à jour :

Samedi 16 Septembre 2017 - 16:51
Les Ig Nobel, prix parodiques destinés à récompenser les recherches scientifiques les plus drôles ou inutiles ont été décerné dans la nuit de jeudi à vendredi. Deux études françaises ont été distinguées.
©eVidaSana/Wikimedia Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les Ig Nobel ont encore frappé. La cérémonie parodique récompensant les recherches scientifiques les plus improbables a eu lieu dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15. Et, cocorico, des Français se trouvent parmi les "heureux" lauréats.

Les prix remis à la cérémonie Ig Nobel (rapprochement entre "Nobel" et "ignoble") peuvent récompenser directement l'humour des chercheurs mais aussi les recherches aux résultats concrets. Les études qui répondent à une question futile par rapport à l'effort fourni restent très appréciées des jurys. Selon le magazine américain, Annals of Improbable Research, qui organise cette remise de prix, les chercheurs sont récompensés par rapport à la capacité de leurs recherches à faire rire puis réfléchir.

C’est apparemment grâce à ce sens de la dérision que le Français Marc-Antoine Fardin a été distingué avec un sujet sur la rhéologie (science de la déformation des matériaux) appliquée... aux chats, volontairement absurde mais traité avec le même sérieux que n’importe quelle recherche. Il s’est ainsi demandé si les chats étaient toujours à l’état solide ou pouvait être liquides, comme en témoigne leur capacité à se faufiler ou s’installer dans les endroits les plus improbables.

Le CNRS était également représenté par plusieurs scientifiques qui se sont intéressé à l’une des questions les plus franchouillardes qui soient: pourquoi certaine personnes sont rebutées par l’odeur du fromage et pas d’autres? Une formulation originale pour une étude en réalité consacrées plus largement aux raisons de l’aversion sélective, à grand renfort d’imagerie du cerveau.

Parmi le palmarès, on a également pu découvrir une étude sur les raisons qui font que les hommes âgés ont de grandes oreilles, la réaction des foetus lorsqu’on leur fait écouter de la musique via un dispositif inséré dans le vagin, ou encore l’impact de la présence de crocodiles sur les joueurs de machine à sous.

Tous les auteurs ont été récompensé lors d’une improbable cérémonie à la prestigieuse université d’Harvard (États-Unis) d’un prix de 10.000 milliard de dollars zimbabwéens, soit environ trois euros.

Des chercheurs français ont été récompensé pour leurs travaux sur les odeurs de fromage.


Commentaires

-