La Chine lance un satellite vers la face cachée de la Lune

Nouvelle étape

La Chine lance un satellite vers la face cachée de la Lune

Publié le :

Lundi 21 Mai 2018 - 12:49

Mise à jour :

Lundi 21 Mai 2018 - 13:03
La Chine a lancé ce lundi un satellite de communication qui doit permettre d'explorer la face cachée de la Lune en relayant les signaux de la sonde qui devrait bientôt s'y poser. Ce serait alors une première mondiale et un pas décisif alors qu'une nouvelle "course à la Lune" se dessine avec les Américains et les Russes.
©Nasa/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La Chine a lancé ce lundi 21 un satellite qui doit permettre par la suite l'exploration de la face cachée de la Lune. Une étape symbolique pour l'Empire du milieu qui cherche à s'imposer comme un leader dans la conquête spatiale.

L'une des difficultés inhérentes à l'exploration de la face cachée de la Lune est la nécessité de relayer les signaux radio, puisque notre satellite naturel les obstrue. Il faut donc un satellite artificiel pour recevoir les informations transmises par la sonde et ensuite les renvoyer vers la Terre.

Ce sera le rôle de Queqiao, qui s'est donc envolé lundi à bord d'une fusée Longue Marche-4C. Cette opération qui s'est bien déroulée selon l'agence spatiale chinoise CNSA sert de prélude à l'envoi sur la face cachée de la Lune du robot d'exploration Chang'e-4. Son lancement est prévu pour la fin de l'année 2018.

Lire aussi: La Nasa dévoile la face cachée de la Lune

Si la mission devait réussir, elle ferait de la Chine le premier pays à envoyer une sonde terrestre sur la face cachée de la Lune, étudiée depuis l'espace depuis des années mais sur laquelle aucun engin d'exploration ne s'est jamais posé.

Et déjà le programme spatial chinois prévoit de franchir de nouvelles étapes. Le petit frère de Chang'e-4 doit en effet décoller en 2019 pour se poser su la Lune et en revenir avec des échantillons. La CNSA espère également avoir à disposition d'ici 2022 un engin capable d'y envoyer des humains.

Ces taïkonautes seraient alors les premiers hommes (ou femmes) à y poser le pied depuis 1972 et la mission Apollo 17, et les premiers non-Américains.

Une nouvelle course à la Lune, moins intense cependant que celle de la Guerre froide, semble donc bel et bien lancée. Donald Trump avait annoncé dès décembre 2017 la volonté des Etats-Unis de renvoyer des hommes sur la Lune en préparation de missions habitées sur Mars. Un projet qui devra cependant faire face aux questions budgétaires et n'est pas prévu avant 2030. Une date que semble avoir noté l'agence spatiale russe qui avait déjà évoqué un vol habité... en 2029.

La face cachée de la Lune n'a jamais été explorée à sa surface.

Commentaires

-