La réalité virtuelle s'attaque aux addictions (VIDEO)

Eviter les rechutes

La réalité virtuelle s'attaque aux addictions (VIDEO)

Publié le :

Jeudi 12 Mai 2016 - 12:01

Mise à jour :

Vendredi 13 Mai 2016 - 16:20
Depuis plusieurs mois, des scientifiques testent l'efficacité de la réalité virtuelle sur des patients alcooliques ou toxicomanes à travers différents programmes. Considéré comme un nouvel outil thérapeutique pour soigner l'addiction, il apporte des résultats prometteurs, porteurs d'espoir.
©Capture d'écran YouTube

Auteur : Amandine Zirah

 
-A +A

Il est souvent très difficile de sortir d’une dépendance, surtout lorsqu'elle est installée depuis de longues années. Face à cette problématique des plus complexes, des chercheurs de l’université de Huston (Etats-Unis), menée par Patrick Bordnick, ont eu l'idée de créer une maison en réalité virtuelle, baptisée "The Cave". Loin d'être évident, le principe de cette initiative est en réalité très simple: les scientifiques ont voulu soigner les addictions en recréant des environnements familiers pour des personnes toxicomanes ou alcooliques afin de leur apprendre à résister aux tentations.

Les participants, munis de lunettes 3D, sont alors immergés au cœur d’une scène de leur quotidien grâce à des images projetés sur des murs: ils se retrouvent par exemple à l'intérieur d'une maison où une fête bat son plein. Puis, à force d'avancer dans le domicile, certains invités se mettent à échanger des verres d’alcool et autres drogues en tout genre, de quoi rendre fou n’importe quel alcoolique ou toxicomane. Et pour que la scène se rapproche au plus près du réel, des stimuli audios et olfactifs sont également mis en place: la tentation de céder à son addiction est alors prégnante. Accompagnés de leur thérapeute, les patients repèrent dans un premier temps les situations qui leur donne l’envie de consommer ces substances avant d’apprendre à contrôler ces pulsions.

Pour les médecins, ce dispositif, qui a nécessité un an de développement et une enveloppe d’1,3 million de dollars (1,14 million d'euros), est nécessaire pour comprendre les raisons qui poussent une personne dépendante à replonger et connaître le moment où il peut faire une rechute. De ce fait, le spécialiste de santé peut alors adapter le traitement, psychologique ou médicamenteux, pour le soigner. Pour le moment, les scénarios existant tournent autour de l'alcool, la marijuana, la cocaïne, l'héroïne et la nicotine. Un module sur l'e-cigarette est actuellement en plein développement.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques intéressés par les nouvelles technologies se penchent sur la question de la dépendance. En 2015, une équipe de chercheurs sud-coréens avait déjà mis en évidence l’efficacité de la réalité virtuelle comme outil thérapeutique contre une addiction sévère à l’alcool. A cette époque, elle avait testé un nouveau programme censé améliorer les réactions du cerveau. D'après les résultats de leur expérience, publiés dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs, les bénéfices de ce traitement s'étaient ressentis au bout de cinq semaines.

Avant de mener l'expérience, les participants avaient suivi un programme de désintoxication d'une semaine. Puis, avaient été soumis à trois programmes de réalité virtuelle sur un écran de télévision en 3D, deux fois par semaine pendant cinq semaines. Le premier était centré sur des images apaisantes, afin de les relaxer. Le deuxième déclenchait une envie de boire de l'alcool, plongeant les patients au cœur d'un restaurant où des personnes consommaient. Enfin, le troisième court-métrage montrait aux participants de l'étude des images, des sons et des odeurs de patients malades en raison de leur consommation excessive d'alcool.

"Avant la thérapie, on a constaté, dans le groupe dépendant de l'alcool, une plus grande activité métabolique dans le système limbique du cerveau, siège des émotions et du comportement. Mais après cinq semaines, cette activité métabolique avait fortement diminué pour se rapprocher de celle du groupe témoin, ce qui prouve que ce programme de réalité virtuelle a eu un effet bénéfique", avait expliqué le docteur Doug Hyun Han, en charge de l'étude, avant d'ajouter: "l'approche est prometteuse, notamment parce qu'elle met les patients dans des situations similaires à la vie réelle et exige leur participation active. Néanmoins pour valider ces conclusions, d’autres études plus larges et plus longues sont nécessaires".

Cet article fait partie de notre dossier "Réalité virtuelle: un outil moderne et novateur pour la médecine" à consulter en cliquant ici.

(Voir ci-dessous une vidéo de "The Cave")

 

Auteur : Amandine Zirah

 
La réalité virtuelle est devenue un outil thérapeutique pour soigner l'addiction.

Commentaires

-