Mercure: le crash annoncé de la sonde Messenger

Mercure: le crash annoncé de la sonde Messenger

Publié le :

Samedi 18 Avril 2015 - 10:17

Mise à jour :

Samedi 18 Avril 2015 - 10:30
La sonde spatiale de la NASA Messenger, en orbite autour de Mercure, est arrivée au bout de son énergie. Elle devrait se crasher le 30 avril prochain à la surface de la planète.
©NASA/Johns Hopkins University/Carnegie Institution of Washington/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Messenger, la sonde spatiale de la NASA en orbite autour de Mercure va s'écraser. La bonne nouvelle, c'est que ce crash est programmé. Après plus de 10 ans de bons et loyaux services, Messenger a accompli sa mission au-delà de ce qui était prévu.

Presque à court d'énergie, elle devrait se crasher à la surface de Mercure le 30 avril prochain après un plongeon à une vitesse de 14.000 kilomètres/heures. Même le lieu de l'impact est prévu, il se trouvera sur la face visible de Mercure depuis la Terre. Les scientifiques auront donc tout le loisir de l'observer.

Lancée en 2004, Messenger ne s'était mise en orbite autour de Mercure –la plus petite planète du système solaire et la plus proche de notre étoile– qu'en 2011, après plusieurs survols rapprochés. Sa mission ne devait alors durer qu'un an de plus, mais elle a été prolongée à deux reprises. Le robot est désormais à bout de force.

Entre autres découvertes scientifiques, Messenger aura notamment permis de confirmer la présence d'eau sur Mercure. La planète héberge en effet de grandes quantités de glace, étonnant pour une planète si proche du soleil ou il fait 400 degrés le jour. Cette glace se trouve dans des cratères situés dans les régions polaires, lesquelles ne sont jamais exposées au soleil.

Si la mission d'étude de Mercure touche donc à sa fin, à l'autre bout du système solaire, une autre a débuté il y a quelques jours. L'autre sonde de l'agence spatiale américaine, New Horizons, a commencé à étudier Pluton mercredi 15. Elle devrait survoler la planète naine au plus près le 14 juillet prochain.

Une autre sonde, européenne cette fois, devrait également survoler Mercure vers 2020 pour aller étudier le Soleil.

 

Une image de Mercure prise par Messenger représentant les variations chimiques et minéralogiques du sol.


Commentaires

-