Philae: le petit robot a trouvé 4 molécules vitales sur la comète Tchouri

Mission Rosetta

Philae: le petit robot a trouvé 4 molécules vitales sur la comète Tchouri

Publié le :

Dimanche 02 Août 2015 - 14:39

Dernière mise à jour :

Dimanche 02 Août 2015 - 18:56
Les scientifiques de la mission Rosetta viennent de faire le point sur les données transmises par Philae. Le petit robot a ainsi décelé, sur la comète Tchouri, 4 molécules jamais observées sur un tel corps céleste.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©cnes
-A +A

Il n'a pas donné signe de vie depuis le 9 juillet, mais il a fait du bon travail. Au cours des 60 premières heures de sa mission, le robot Philae, de la mission Rosetta, a envoyé quantité de données sur la comète Tchouri sur laquelle il s'est posé le 12 novembre dernier.

Une synthèse de ces résultats rassemblés par les chercheurs a été publiée dans un numéro spécial de la revue Science jeudi 30 juillet. On y apprend notamment que 4 molécules organiques encore jamais trouvées sur une comète ont été décelées par le petit robot.

Ces 4 molécules (dont du méthyle et de l'acétone) entrent dans une chaîne d'évolution chimique qui peut éventuellement aboutir à la formation de briques élémentaires de la vie.

Philae a fait ces relevés au début de sa mission, identifiant au total 16 composés appartenant à 6 classes de molécules organiques, dont des alcools et des amines.

"On découvre quasiment tout ce qu'on ignorait avant sur un noyau cométaire", a expliqué Jean-Pierre Bibring, professeur à l'Université Paris-Sud, responsable scientifique de Philae. "Et rien de ce qu'on voit ne correspond réellement à ce qu'on pouvait imaginer d'une comète, depuis sa structure globale et à petite échelle aux propriétés physiques et à sa composition".

Ces résultats de Philae vont faire avancer ce que l'on sait des comètes, présentes lors de la formation du système solaire il y a 4,6 milliards d'années, et sur la compréhension de l'origine de la vie sur Terre.

Après son atterrissage le 12 novembre, Philae a pu fonctionner pendant 60 heures avant de s'endormir, faute d'un ensoleillement suffisant pour recharger ses batteries solaires. Il s'est réveillé le 13 juin après sept mois d'hibernation, alors que la comète se rapprochait du soleil. Mais, après plusieurs contacts épisodiques, on est sans nouvelles de lui depuis le 9 juillet. "Philae n'est pas mort mais reste très efficacement en survie", selon le professeur Bibring.

 

Auteur : JmC

Les autres articles du dossier : 
Les scientifiques continuent d'exploiter les données transmises par Philae.