Pourquoi se gratter gratte encore plus?

Pourquoi se gratter gratte encore plus?

Publié le :

Dimanche 30 Novembre 2014 - 18:23

Mise à jour :

Dimanche 30 Novembre 2014 - 18:32
Une équipe de chercheurs américains pensent avoir découvert pourquoi se gratter provoque une démangeaison encore pire que la précédente. Un neurotransmetteur au sens de l'orientation défectueux serait le coupable.
©Reuters
PARTAGER :
-A +A

Une petite démangeaison et voilà vos ongles qui viennent racler votre peau. C'est fou ce que ça peut faire du bien de se gratter. Sauf que quelques secondes plus tard c'est encore pire, alors on recommence. Sauf que quelques secondes plus tard…

C'est à vous rendre fou, plus on se gratte, plus on a envie de se gratter. Une fatalité? Peut-être pas. Une équipe de chercheurs de l'Université de médecine de Washington pense avoir découvert pourquoi au lieu de soulager, se gratter démange encore plus. Ils pourraient même avoir trouvé la solution à ce phénomène.

Le fautif, ou plutôt la fautive serait la sérotonine, un neurotransmetteur qui agit notamment sur notre humeur, notre appétit et permet de gérer la douleur. Lorsque nous avons envie de nous gratter, c'est que le cerveau interprète une démangeaison. Jusque-là, chacun remplit son rôle. Mais se gratter provoque une douleur légère, c'est là que la sérotonine entre en jeu. Partie transmettre un message de douleur au cerveau, il lui arriverait selon l'étude de "dérailler" et de transmettre son message au mauvais destinataire, en l'occurrence les cellules nerveuses qui influent sur l'intensité des démangeaisons.

Pour en arriver à cette conclusion, l'équipe américaine a utilisé des souris génétiquement modifiées qui ne produisaient pas de sérotonine. Après leur avoir injecté un produit urticant, ils ont constaté qu'elles se grattaient moins qu'une souris "normale".

Perturber notre transmission de sérotonine serait donc la solution pour ne plus tomber dans le cercle vicieux du grattage. Mais ce n'est pas pour tout de suite car vue l'importance de cette substance dans notre développement et notre comportement, il faudrait d'abord trouver un moyen de n'influer que sur son aspect urticant. 

On se gratte pour soulager une démangeaison, mais le résultat est souvent pire.


Commentaires

-