Rosetta: incertitudes sur la suite de la mission du robot Philae

Suspense spatial

Rosetta: incertitudes sur la suite de la mission du robot Philae

Publié le :

Jeudi 13 Novembre 2014 - 07:49

Mise à jour :

Jeudi 13 Novembre 2014 - 12:47
Le petit robot Philae, que Rosetta a largué sur la comète Tchouri à 500 millions de kilomètres de la Terre, s'est bien posé mais mal fixé sur le sol. L'incertitude demeure sur la suite de sa mission.
©ESA:AP/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Mission réussie, mais petit grain de sable sur la comète. Le robot Philae, largué mercredi après-midi avec succès par la sonde Rosetta sur la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko, dite "Tchouri", ne s'est pas harponné correctement et la suite de sa mission restait incertaine ce jeudi matin.

Les responsables de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui ont piloté cette mission historique depuis 10 ans, doivent faire le point lors d'une conférence de presse ce jeudi à la mi-journée.

Une chose est sûre, Philae s'est bien posé sur ses trois pieds, et non pas sur le dos: il reste donc opérationnel. Ses piles fonctionnent et il envoie des signaux radios à Rosetta. Mais ses caméras ne donnent pour l'instant aucune image panoramique du site, et on ne sait pas s'il s'est stabilisé sur le sol.

"Nous ne comprenons pas encore vraiment ce qui s'est passé" lors de l'atterrissage, a déclaré mercredi soir Stephan Ulamec, responsable de Philae, lors d'un point de presse au Centre européen d'opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne): soit le robot a atterri dans une espèce de "bac à sable", soit il a rebondi. "Donc, peut-être aujourd'hui, nous avons atterri deux fois", a plaisanté M. Umalec.

"Nous savons que le robot a touché le sol de la comète. Nous avons reçu un signal très clair et nous avons aussi reçu des données de l'atterrisseur, notamment scientifiques", a ajouté le responsable.

Pour le reste de la mission, les scientifiques de l'ESA étaient dans l'attente ce jeudi matin. La batterie de Philae est prévue pour durer 60 heures, avant de se recharger grâce à ses panneaux solaires –s'ils sont suffisamment exposés.

Si tout se passe bien, le robot devrait pouvoir examiner le sol de la comète et transmettre d'importantes données scientifiques pendant deux semaines. Ensuite la comète se rapprochera du soleil, ce qui mettra à dure épreuve les instruments de son petit visiteur terrestre, qui devrait alors se désintégrer.

Philae, le robot de Rosetta, reste instable sur le sol de la comète.

Commentaires

-