Rosetta: sur la comète, l'eau est différente de la nôtre

Rosetta: sur la comète, l'eau est différente de la nôtre

Publié le :

Jeudi 11 Décembre 2014 - 13:50

Mise à jour :

Jeudi 11 Décembre 2014 - 14:04
La sonde Rosetta en orbite autour de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko a pu analyser des particules d'eau s'échappant du corps céleste. Cette eau n'est pas la même que sur Terre, ce qui vient alimenter le débat sur les origines de la vie.
©NASA/Reuters
PARTAGER :
-A +A

De l'eau sur la comète, oui, mais pas la même que sur Terre. C'est une des premières informations qu'a pu transmettre la sonde spatiale Rosetta, toujours en orbite autour de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Alors que le robot Philae est toujours en sommeil pour plusieurs mois à la surface de la comète, Rosetta, elle, continue ses relevés. Elle a notamment pu analyser l'eau qui s'échappe de "Tchouri".

Et, surprise, cette eau n'est pas la même que celle que nous connaissons sur Terre. Il existe en effet différentes sortes d'eaux. Celle que nous connaissons est formée de deux atomes d'hydrogène et d'un atome oxygène (H2O). Mais dans l'espace, l'eau peut avoir une constitution différente. L'hydrogène peut être remplacé par le deutérium, un isotope naturel de l'hydrogène, une sorte de cousin. C'est cette variante de l'eau, avec une fort taux de deutérium qui a été trouvée sur la comète.

Une découverte qui apporte de nouveaux éléments de réponse sur l'apparition de la vie sur Terre. En effet, une partie de la communauté scientifique pense que les éléments de base nécessaire à la vie (l'eau, des molécules de carbone, des acides aminés) ont été apportés sur Terre par les corps célestes. L'apparition de la vie corresponde en effet à une période d'intense bombardement spatiale de notre planète, il y a un peu moins de 4 milliards d'années.

La différence entre l'eau de Tchouri et de la Terre supposerait donc que les comètes ne sont pas les seules sources de l'eau sur Terre, les astéroïdes, plus proches que les comètes pourraient être les principaux responsables. Toutefois chaque comète est différente et seule 67P/Tchourioumov-Guérassimenko a pu être observée d'aussi près. Si les relevés de Rosetta ne donnent pas réponse à tout, ils restent un formidable premier pas vers nos origines.

 

Rosetta poursuit ses relevés autour de 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.


Commentaires

-