TGV maudit: 15 heures pour relier Nantes à Paris

TGV maudit: 15 heures pour relier Nantes à Paris

Publié le 17/02/2020 à 15:58 - Mise à jour à 17:46
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
Les 750 personnes qui voyageaient dimanche à bord du TGV Nantes-Paris, en pleine tempête Dennis, se souviendront de leur journée (et de leur nuit)! 
 
Quand les emmerdes plutôt que se dépacer en escadrille, se déplacent aussi en TGV. Deux heures et quarante-six minutes, c’est à peu près le temps que les passagers du train à grande vitesse reliant Nantes à Paris pensaient passer à bord hier en début d’après-midi. Pensaient… seulement, car c’était sans compter sur la tempête Dennis et et le sens pratique dont la SNCF a le secret. 
 
 
 
TGV dérouté 
 
Au départ de la capitale des Ducs de Bretagne, le TGV affichait déjà 50 minutes de retard. Soit! Mais le train allait subir plusieurs avaries, et les 750 passagers avec. Entre l’Orne et l’Eure-et-Loir, tout d’abord, la chute d’un caténaire entraîne une coupure d’alimentation de la ligne. Le TGV est alors dérouté sur l’axe Le Mans-Paris. 
 
Un arbre sur la voie 
 
Mais à 17h50, le train heurte un arbre tombé sur la voie. Un arbre qui a poussé en quelques jours sans doute surprenant ainsi les préposés à l'entretien.  Et pas de chance, ( vous étiez prévenus!)  l'arbre a également arraché un caténaire. C’est à partir de ce moment que les malchanceux passagers doivent prendre vraiment leur mal en patience: les voilà bloquées en rase campagne, dans le noir faute d’électricité, et pour de très longues heures. 
 
Solidarité entre voyageurs
 
Heureusement, certains voyageurs  ont pu ouvrir les portes du train pour respirer un peu d’air frais. A bord la solidarité s’organise, on se partage de l’eau, la nourriture, des batteries de téléphones.
 
Et puis ô miracle, un train à motrice diesel vient récupérer les inrtunés vers 0h50. Plus de deux heures sont nécessaires pour transborder les passagers avec l’aide d’agents de la sécurité ferroviaire, de gendarmes et de pompiers. Tout ce beau monde enfin installé, direction Paris? 
 
Plateaux repas
 
Et bien non, arrivés au Mans, les voyageurs sont à nouveau transbahutés dans un autre TGV – où les attendent  quand même des plateaux-repas – pour parvenir à destination aux alentours de… 6 heures du matin
 
 
 
 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le voyage n'aura pas été aussi rapide que prévu

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-