Blocage des raffineries et dépôts: la FNSEA promet une pénurie de carburant

Blocage des raffineries et dépôts: la FNSEA promet une pénurie de carburant

Publié le :

Jeudi 07 Juin 2018 - 19:01

Mise à jour :

Jeudi 07 Juin 2018 - 19:07
Du dimanche 10 au mercredi 13, plusieurs raffineries et dépôts de carburants seront bloqués par les agriculteurs. La FNSEA dénonce notamment les distorsion de concurrence à l'échelle européenne et menace d'une pénurie de carburant faute de geste de la part du gouvernement.
© BENJAMIN CREMEL / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

"Paris sans carburant sera le symbole de la vision «macroniste» d'une agriculture sans paysan". Les déclarations de la fédération départementale d'Ile-de-France de la FNSEA, principal syndicat d'éleveurs et agriculteurs, sont claires. L'objectif du mouvement du dimanche 10 au mercredi 13 juin est de provoquer une pénurie pour peser sur le gouvernement.

Treize raffineries et dépôts de carburant seront bloqués à travers toute la France. Il s'agit des sites de Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville l'Orcher (Seine-Maritime), Dunkerque (Nord), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Grandpuits (Seine-et-Marne), Vatry (Marne), Strasbourg, Cournon (Puy-de-Dôme), Lyon et Feyzin (Rhône), La Mède (Bouches-du-Rhône) et Toulouse.

Le choix des raffineries fait écho à celui du gouvernement d'autoriser la réouverture de la raffinerie Total de Mède qui utilisera 50% d'huile de palme, issue de l'agriculture étrangère alors que les producteurs français veulent proposer des biocarburants "de qualité" à base de colza ou de tournesol.

Voir: Les agriculteurs vont bloquer 13 raffineries et dépôts de carburants à partir du 10 juin

Mais la FNSEA assume également le fait de cibler les dépôts de carburant afin de créer un blocage et de forcer le gouvernement à négocier. "Il fallait trouver un moyen pour viser l'Etat" confirmait-elle à France-Soir. Cela pour dénoncer l'ensemble de la concurrence étrangère déloyale en raison de "distorsions sanitaires et environnementales".

"L'huile de palme est ce qui a fait déborder le vase", a déclaré Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, citant également les "165.000 tonnes de viande bovine, 95.000 tonnes de viande porcine, 100.000 tonnes de volaille, ou encore 600.000 tonnes d'éthanol introduites dans le marché commun".

Les agriculteurs peuvent-il provoquer une véritable pénurie? Plusieurs facteurs en décideront, notamment la réaction du gouvernement qui pourrait tenter de faire lever les barrages au risque d'enflammer le conflit. La durée des blocages est déterminante pour le ravitaillement des villes.

En 2017, 1.500 stations-service étaient en pénurie partielle ou totale après cinq jours de blocage sur les 12.000 que compte la France. Mais ce chiffre a priori rassurant peut être trompeur car les stations touchées sont souvent regroupées dans une même zone géographique. Paris peut donc être plus facilement touchée qu'un autre secteur. Il faut également tenir compte d'une éventuelle ruée vers les pompes en cas de panique des automobilistes.

La FNSEA a annoncé le blocage des raffineries et dépôts, menaçant le gouvernement d'un "Pairs sans carburant".


Commentaires

-