Les chauffeurs routiers, autres victimes de l'épidémie

Les chauffeurs routiers, autres victimes de l'épidémie

Publié le 24/03/2020 à 09:33
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
Sur leurs trajets, les routiers ont aujourd’hui bien du mal à trouver de quoi se restaurer, se doucher, se laver les mains ou aller aux toilettes. Il sont victimes de la fermeture des stations services. Sans compter la crainte permanente d’une éventuellement contamination au Covid-19. Et pourtant, ce sont eux qui font tourner la machine en fournissant les commerces dont on a tant besoin. 
 
Logiquement en première ligne dans la crise sanitaire, les chauffeurs sont soumis à rude épreuve. Aires fermées, restaurants et stations au rideau baissé… Beaucoup de professionnels du transport sont excédés, Leur métier fait de sollitudes, d'horaires intenses et de déracinement est exercé aujord'hui dans des conditions «déplorables et inhumaines», pour reprendre les mots de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR). 
 
La solidarité s’organise 
 
Il y a bien les gestes de solidarité  qui se multiplient. Ici c’est un club de football qui met ses vestiaires à disposition. Là c’est un centre équestre désert qui propose douches et cafés. Et puis, ces restaurants qui font de la vente à emporter tant bien que mal, ces particuliers qui installent de mini-stands en bord de route… 
 
Il y a aussi des internautes bienveillants qui ont pris la peine de recenser les restaurants ouverts et les aides proposées par les particuliers sur une carte interactive qu’ils souhaiteraient pouvoir transformer en application. 
 
Le gouvernement réagit
 
Mais ce soutien n’est pas forcément suffisant. Des routiers craquent, les syndicats font part de nombreuses défections et menacent d’appeler les professionnels des secteurs non stratégiques à exercer leur droit de retrait. 
 
Le gouvernement  vient de faire un geste, bien conscient que les routiers font partie des « secteurs indispensables », pour reprendre la formule de Bruno Lemaire, le ministre de l’Economie. Deux cartes ont été publiées via Bison Futé, l’une répertoriant les aires d’autoroutes ouvertes et fermées, l’autre les centres de contrôle technique pour véhicules lourd. 
Le ministère des Transports a par ailleurs promis l’ouverture de services indispensables. A suivre donc… 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les chauffeurs routiers travaillent dans des conditions difficiles

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-